Publicité déguisée, manière de plomber la concurrence... le business des avis sur le web

Grâce à Google, Booking ou Tripadvisor, trouver un restaurant ou un hôtel n'a jamais été aussi simple. Sur internet, tout se commente et se note. Problème: il faut souvent démêler le vrai du faux.

Sur internet, il est en effet possible de payer pour de la publicité déguisée. Contre de l'argent, des sociétés - souvent basées à l'autre bout du monde - rédigent des commentaires positifs ou négatifs sur des établissements. Certains restaurateurs n'hésitent en effet pas à utiliser ces méthodes pour plomber la concurrence. 

Le chef belge Rocky Renaud a déjà vu plusieurs commentaires de ce genre concernant son restaurant gastronomique. "Par exemple une personne qui découvre des goûts que j'ai jamais mis dans une assiette, qui publie la photo d'une assiette qui n'est pas la mienne."

Ce genre de pratique est interdite

Sauf que sur internet, on n'écrit pas ce qu'on veut. Il est interdit de manipuler le consommateur. "Il y a une liste de pratiques interdites", explique Me Guillaume Rue, avocat spécialisé en droit commercial, "dont celle qui consiste à se faire passer pour un consommateur. Théoriquement, c'est interdit ce genre de pratique". 

Des pratiques punissables, confirme Etienne Mignolet, porte-parole du SPF économie, "si on constate une infraction, on peut faire un avertissement. Tout dépend de la nature de l'avertissement. On peut donner une amende administrative qui s'élève à 80.000 euros pour cette problématique. Dans le cas des infractions les plus graves on peut dresser un procès verbal qui sera envoyé au parquet. Et là, ce sera la machine judiciaire qui doit se mettre en route."

En France, 35 % des avis seraient faux

En France, le ministère de l'économie a récemment estimé que 35% des avis sur internet étaient faux. En Belgique, aucun chiffre n'existe. Plus surprenant encore: aucune plainte concernant des faux commentaires préjudiciables n'a encore été déposée. "Il y en a eu zéro depuis 2014 ", confirme Etienne Mignolet.

Pour le consommateurs, cela ne vaut généralement pas la peine de dénoncer ce genre de tromperie. Les restaurateurs, eux, semblent s'être habitués à devoir gérer ces avis parfois inventés sur les plateformes de critiques.  

"On doit faire avec", confie le chef Glen Ramaerkers ,"ça ne doit pas nous démotiver". "Il faut pouvoir l'accepter et vivre avec eux", ajoute Rocky Renaud.

Les plateforme d'avis en ligne permettent généralement à chaque professionnel de contester une éventuelle diffamation. La RTBF a d'ailleurs tenté plusieurs fois de contacter Tripadvisor pour parler du problème. Nous attendons toujours leurs réponses. 

Entre-temps, une petite astuce si un commentaire semble suspect: regardez le profil de l'utilisateur. S'il a posté de nombreux commentaires - souvent impersonnels - sur une courte période de temps et au sujet d'endroits situés aux quatre coins du monde... il est probable qu'il s'agisse d'un faux profil. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK