A quoi sert vraiment l'hélicoptère NH90, l'appareil volant le plus cher de la Défense? Le Scan #16

Ils sont beaux, ils sont à la pointe... et ils coûtent cher. La Défense possède huit hélicoptères NH90 pour un montant total de 300 millions d'euros. 

Quatre hélicoptères sont dédiés à la surveillance en mer, le long de la côte belge. Ils remplacent progressivement les vieux Sea King. Les quatre autres doivent permettre le transport de troupes lors des missions à l'étranger. Problème: aucun n'est encore parti sur les théâtres d'opération. "Ils ne sont pas encore prêts", lâche Steven Vandeput (N-VA), ministre de la Défense. "Ils doivent encore passer une étape pour être envoyés en milieu hostile".

Notre armée participe de moins en moins à des missions à l'étranger

Pour Steven Vandeput, le délai de 5 ans entre l'entrée en service du premier NH90 (2013) et les premières missions envisagées (2018) est une durée normale. Sauf que les Français, qui possèdent également des NH90 n'ont mis que trois ans avant d'envoyer leurs appareils, en Afrique. "Il faut dire que notre armée participe de moins en moins à des missions à l'étranger", précise Patrick Descy,  secrétaire permanent CGSP Défense. 

Pour le moment, les pilotes transportent donc uniquement des troupes lors d'exercices... et des VIP. 1000 heures de vol comptabilisées en 2016. Le NH90 est actuellement l'appareil volant le plus cher de la Défense. 15 000 euros pour une heure de vol, soit 15 millions d'euros dépensés uniquement pour des VIP et des troupes en exercices.

Une idée, une info? Lescan@rtbf.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK