Le Scan: trop d'additifs dans les salades préparées?

Tout commence par un mail reçu d’un certain David.

Une seule phrase, "Vous avez vu le nombre de E… qu’il y a dans cette salade !", accompagnée de trois photos certes pixélisées, mais suffisamment claires pour dresser le constat : la salade préparée de notre internaute compte effectivement un nombre hallucinant de "E".

Voyez plutôt avec la liste complète : E160 (deux fois), E202 (deux fois), E224, E250, E270, E301, E330, E385, E412, E415 (deux fois), E451, E452, E575 et comme numéro complémentaire, E1404.

On pourrait croire à une succession indigeste d’autoroutes, mais non. Les "E" ne sont rien d’autre que des additifs.

Faites le compte : pas moins de 17 additifs se trouvent dans cette salade préparée.

Une salade "Club" que nous avons retrouvée sans trop de difficultés dans un Match de Gembloux. Notre internaute, lui, l’avait vue dans un Carrefour de Marcinelle. Autant dire que ce plat préparé est distribué par et dans un grand nombre d’enseignes.

A côté d’elle en rayon, les autres salades ne contiennent "que" 4, 5, voire 6 additifs. Une différence suffisamment intrigante pour aller demander des explications à la marque en question.

"Qu'un assemblage de produits contenant déjà des additifs"

Bien qu’aucun rendez-vous n’était prévu, la responsable qualité du groupe nous reçoit cordialement 20 minutes après notre coup de fil. "Déjà, un additif peut apparaître plusieurs fois, par exemple dans la sauce et sur les lardons. Sur l’étiquette, on va devoir l’écrire deux fois, donc ça impressionne plus."

Elle nous explique aussi que l’entreprise ne fait que de l’assemblage de produits. "On reçoit les légumes et la viande d’autres entreprises qui, elles, s’occupent des additifs. Cela dit, elles suivent un cahier des charges très précis. Il n’y a rien de dangereux ou d’illégal."

Sur ce dernier point, elle a tout à fait raison : aucun des 17 additifs utilisés dans cette salade "Club" n’est illégal. Tous apparaissent dans la liste des additifs alimentaires autorisés que vous pouvez trouver sur le site du SPF Santé Publique.

(Parce qu’on est sympas, on l’a aussi mise en fin d’article.)

Puisqu’on les retrouve sur une liste validée par le SPF Santé Publique, et même par des hautes instances européennes, il serait légitime de penser qu’on n’a rien à craindre de ces additifs. Et pourtant…

On a servi notre salade "Club" à l’ONG Foodwatch, qui est experte en pratique nuisible de l’industrie agroalimentaire. Son responsable de campagne Camille Dorioz n’a pas touché à son assiette, 4 additifs posant problème : "Les E202, E250, E451 et E452".

Et on ne parle pas ici de petits problèmes : les E451 et E452, en surconsommation, peuvent poser problème au niveau des reins et du cœur. "Le E250, du nitrite de sodium, est lui classé cancérogène probable par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). Quant au E202, il peut, mélangé avec le E250, attaquer notre ADN."

"Le consommateur achète avec les yeux"

ADN, cancer, cœur… Autant dire que les incertitudes sont à prendre au sérieux. Pourtant, l’utilisation d’additifs reste la norme. Pourquoi ? "Car le consommateur achète avec les yeux, explique la responsable qualité rencontrée en début d’enquête. On essaye de les limiter, mais le consommateur veut que son jambon soit le plus rose possible. Et ça, c’est uniquement grâce aux additifs."

Responsabilité du consommateur, mais aussi des décideurs selon l’ONG Foodwatch. "Tous les additifs sont légaux et autorisés par l’Europe dans l’alimentation, mais pour certains il y a des controverses scientifiques. Il y a donc des incertitudes, et pour nous, cela suffit à appliquer le principe de précaution. Il faut sortir ces additifs controversés de notre alimentation."

Dès lors, quid de notre salade Club ?

La réponse de Foodwatch est claire : "On en prend une autre".

Liste des additifs alimentaires autorisés

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK