Le Scan: peut-on truquer les sondages en ligne?

Faciles d'utilisation, peu coûteux, certains sondages en ligne prennent parfois la forme de questions simplistes, sur les sites d'informations ou les réseaux sociaux.

Que vaut ce type de sondages ?

"Pas grand chose", commente Fabrice Epelboin, spécialiste français des médias sociaux, de la cybersécurité et enseignant à Science Po Paris. "N'importe quel novice peut truquer ces petits sondages binaires. Avec un peu de connaissances, on peut même mettre en place un système de réponses automatiques et générer des centaines de votes à la minute."

Quid des sondages réalisés par les instituts ? 

C'est autre chose. Ces sociétés misent beaucoup sur la réputation et la fiabilité de leurs enquêtes. Peut-on s'inscrire 10, 100, 1000 fois dans les panels des instituts ? Pour Marc Dumoulin, patron de l'institut Dedicated, il y a de nombreuses mesures en place afin d'éviter ces détournements : "En principe, les inscriptions sont uniques. On vérifie l'adresse IP. Lors de l'enquête en ligne, on supprime les votes incohérents ou réalisés trop rapidement".

Peut-on détourner les sondages des instituts ? 

"C'est possible, mais difficile", estime Min Reuchamps, professeur en sciences politiques à l'UCL. "Il faudrait qu'un grand nombre de personnes décident de s'inscrire dans un panel, agissent de concert et répondent ensemble. Sans que les réponses ne soient trop systématiques, afin d'éviter les doutes."

Pascal Delwit, expert en sciences politiques, à l'ULB, confirme : "Si le nombre d'adresses e-mails factices dans le panel est assez important, il y a une possibilité de tromper le sondage. Mais ce nombre doit-être très important".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK