Le Scan et le coronavirus : que valent les autotests ?

Il y a un mois, notre site vous proposait un long dossier sur les autotests, à savoir des tests que l’on achète en ligne et que l’on fait chez toi. L’équipe du Scan s’en est procuré deux, fabriqués par la société Medakit. Ils sont interdits en Belgique pour les particuliers, pourtant l’achat s’est fait en trois clics.

Délais de livraisons non respectés

Entre la date de commande (le 7 mars) et la date de livraisons (le 4 avril), se sont écoulés 27 jours. Autant dire qu’on est bien loin du test le jour même promis sur le site ("Get tested today !"), ou d'une livraisons en 48 heures comme annoncée sur la facture. 

Ce délai s’explique, d’ailleurs tout le secteur de la livraison est en difficulté, mais assez ironiquement, en 27 jours, on a suffisamment le temps d’attraper et de guérir du Coronavirus….

Deux sur deux mais…

Autant vous dire qu’il n’a pas été facile d’utiliser tous les éléments du kit. Le poinçon fonctionnait mal, la pipette en plastique mou n’était pas forcément maniable. Quant aux gestes… Disons que ne s’improvise pas docteur ou aide soignant qui veut. Toujours est-il que ce premier test nous indiquait un résultat négatif, autrement dit le sang de notre journaliste ne contenait apparemment pas d’anticorps. Un résultat fiable ?

Direction l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles pour une contre-expertise : "Vous êtes effectivement négatif" nous confirme Carlota Montesinos, la responsable du laboratoire de sérologie, en comparant le test de Medakit et celui – homologué – de l’hôpital.

Nous avons alors décidé de comparer de nouveau le test Medakit et celui de l'hôpital, mais cette fois avec du sérum que l’on sait positif : encore fois, les résultats sont coïncident, mais "ce n’est pas pour ça que je le conseillerais" tempère la responsable.

Il faut savoir que pour être homologué, un test doit passer "cent, deux cents, parfois trois cents essais", sans compter que ces tests achetés en ligne n’affichent aucune forme d’authentification sur la manière dont ils sont fabriqués et testés.

… dangereux sans analyse

Les tests de Medakit semblent fiables, en tout cas sur les deux essais que nous avons réalisés, mais la pratique de l’autotest reste pour Carlota Montesinos très dangereuse, à bien des égards.

"Si l’on fait le test chez soi, il n’y a déjà aucune traçabilité. Or aujourd’hui, il est important de connaître le nombre de cas positifs, pour faire évoluer la recherche. Ensuite, il y a le problème évident du diagnostic."

Car qui dit autotest, dit fatalement autodiagnostique et cela n’est évidemment jamais recommandé. Par exemple, un test négatif pourrait laisser que la personne n’a pas été infectée, vu qu’elle n’a pas d’anticorps. "Sauf que les anticorps mettent entre 10 et 14 jours à être détectables, prévient Carlota Montesinons. Donc il est tout à fait possible d’être malade et de faire un test sérologique négatif."

Des tests interdits par la loi pour les particuliers

Même s’ils s'achètent relativement facilement en ligne, ces tests sérologiques n’en restent pas moins interdits par la loi depuis la mi-mars pour les particuliers.

Pour réaliser cette enquête, nous avions prévenu l’Agence Fédérale du Médicament et Produits de Santé de nos achats. Elle qui est compétente en la matière et nous a d’ailleurs confirmé que les sanctions pour l’achat, la vente, la distribution et l’utilisation de ces autotests pouvaient aller jusque "l’emprisonnement d’un mois à un an et une amende de 200 à 15.000 euros."

Notez enfin que pour les professionnels l'achat de tests de Medakit est en revanche bien légale. La société nous indique avoir essayé ce test sur "603 patients", avec "d'excellents résultats".

Un test du coronavirus à faire chez soi en 15 minutes, fiable ou pas ?

Les médecins que nous avons contacté déconseillent d'utiliser de tels kits pour se dépister chez soi : les tests vendus en ligne n'ont pas de garantie de fiabilité, d'autre part se tester soi-même n'est pas sans risque pour les autres. Enfin, la vente de ces tests à usage privé est actuellement interdite sur le territoire belge.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK