Le Scan : est-ce le bon moment pour réserver nos vacances ?

Tout ou presque nous pousserait à déjà planifier notre voyage : le grand ciel bleu des derniers jours, la réouverture prochaine des frontières italienne (juin) et espagnole (juillet), ou encore cette soixantaine de vols que Brussels Airlines nous promet pour cet été... Mais n'est-ce pas risqué de réserver ?

"Un peu trop tôt"

L’équipe du Scan s’est mise dans la peau de Belges n’ayant encore rien planifié pour cet été, avec l'objectif de réserver des vacances 100% remboursables en cas de nouveau confinement. 

Notons qu’au moment de notre enquête, seuls les voyages "essentiels" étaient encore officiellement autorisés. Reste que le bout du tunnel semblait proche, très proche même, puisque le voisin français venait d’annoncer la réouverture sous conditions de ses bars et restaurants.

"C’est vrai qu’il y a une tendance à la réouverture, mais il est encore un peu trop tôt pour réserver quoi que ce soit", est venu assez rapidement temporiser le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin.

On a quand même tenu à vérifier par nous-même...

S'il y en encore quelques incertitudes au niveau gouvernemental, il n'y en a plus pour Brussels Airlines. La compagnie aérienne a devancé le gouvernement pour déjà communiquer sur ses prochains vols. "Il est important de voler à nouveau" nous dit la porte-parole du groupe Kim Daenen.

Important pour nous les voyageurs, évidemment, mais surtout important pour le secteur aéronautique, qui devrait, à en croire l’Association internationale du transport aérien (IATA), voir son chiffre d’affaires chuter en 2020 de… 55%.

Voilà pourquoi Brussels Airlines cherche à tout prix à éviter l’option du remboursement en cas d'annulation, en vous proposant des conditions "hyperflexibles", avec un "report ou un échange possible jusqu’en décembre 2021".

Le remboursement reste possible mais ne sera sans doute pas la première option proposée par la compagnie.

Si les concerts sont autorisés à l'étranger, on fait quoi ?

Le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin "comprend" les compagnies aériennes. "Elles ont, elles aussi, besoin de se préparer, de s’organiser", mais il se/le répète "Il est encore trop tôt".

Son argument est d'ailleurs assez parlant : "Si un pays organise un concert, avec des dizaines de milliers de personnes, et que des touristes belges y vont, que faire ? Car chez nous, on le rappelle, ces rassemblements restent interdits."

Ingérable pour les assurances

Il faut savoir qu’en cas de deuxième vague, ou du moins de nouveau confinement, aucune assurance annulation ne devrait vous rembourser. D’Europe Assistance, en passant par Ethias ou Touring, aucun assureur n’a les reins suffisamment solides face à la pandémie.

"Avec le volcan dont je ne citerai pas le nom (ndlr : Eyjafjallajökull), nous avions eu énormément de remboursements, mais cela ne concernait qu’une seule destination, se souvient le porte-parole de Touring Lorenzo Stefani. Mais là, une pandémie qui, au niveau mondial ferme les frontières, ce serait insolvable."

Tous les assureurs que ne nous avons contactés nous admettent que même si cette assurance existaient, elle serait tout bonnement impayable, "sauf pour quelques dizaines de Belges".

Si vos vacances tombent à l'eau, il faudra donc voir directement avec les compagnies aériennes, les agences de voyages, les sociétés de locations de véhicules, les hôtels, les gîtes ou les propriétaires de votre location. Et on vous prévient, ça va prendre du temps : car chacun ira de son propre petit règlement...

Pas plus simple de rester en Belgique

On pourrait presque croire que le plus simple serait de voyager local, en Belgique. En tout cas, que ça permettrait de ne pas éventuellement perdre l’argent investi dans un vol ou dans une voiture de location. Sauf que non.

Car exactement comme nous l’expliquions un peu plus haut pour les vols vers l’étranger, les assurances annulations ne rembourseront pas vos réservations de logement en cas de nouveau confinement.

Donc là aussi, ce sera au cas pas.

Nous avons par exemple contacté AirBnb, qui proposait un remboursement intégral pour les réservations faites avant le 14 mars. La société nous confirme que pour les nouvelles réservations, "les conditions d’annulation habituelles de l’hôte s’appliquent". Autrement dit le choix revient donc au propriétaire.

Pour aider les utilisateurs à choisir les locations offrant les conditions les plus flexibles, AirBnb a néanmoins ajouté un nouveau filtre à sa recherche.

Que ce soit pour l’étranger ou la Belgique, aucun modèle "zéro risque" ne semble exister, dès lors que vous comptiez prendre l’avion ou louer un logement pour vos vacances.

Tout planifier dès aujourd’hui, alors que nos frontières sont encore officiellement fermées, semble une idée si pas mauvaise en tout cas ambitieuse.

S’il vous reste encore un peu de patience, notez que dans deux jours, le 3 juin, un nouveau Conseil National de Sécurité aura lieu. Il nous livrera peut-être son lot de nouveaux éléments.