Francophonie: innovations et rencontres à la Cité Miroir

Bâtie sur les fondations des bains et thermes de la Sauvenière, la Cité Miroir siège place Xavier Neujean, à Liège. Cet espace d’exposition flambant neuf, inauguré il y a moins de deux ans, accueille les propositions du Forum mondial de la langue française sur quatre étages. Au sommet, l’on peut visiter un " Village de l’innovation ". Composé d’une dizaine de stands, il invite Liégeois comme participants étrangers à prendre connaissance de différentes opportunités et initiatives. Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de la francophonie, est elle-même venue voir cela de plus près le lundi 20 juillet.

Outre La caravane des dix mots, en lien avec certains ateliers à l’école Hazinelle, l’on note le Marché aux projets. Les Offices Jeunesses Internationaux du Québec (LOJIQ) offre aux jeunes pourvus d’une idée originale une tribune pour la présenter. Via un dispositif simple d’enregistrement puis de mise en ligne, ils peuvent, en une trentaine de secondes, résumer leur concept via une vidéo. Les internautes votent ensuite pour celle qui les convaincra le plus. Ces dessins relèvent aussi bien de l’agro-alimentaire (redynamiser une usine désaffectée pour y cultiver des tomates) que de la culture (traduire la littérature francophone en espagnol), en passant par l'entrepreneuriat.

Les organisateurs qui s’attendaient à une trentaine de vidéos, en ont récolté plus de 80, pour approximativement 600 votes. Le candidat le plus plébiscité recevra une bourse pour voyager au Québec et rencontrer des partenaires en lien avec son projet. Cet après-midi, à la cérémonie de rebond du Forum mondial, l’on découvrira quelle idée gagnera la chance d’être concrétisée.

Les écrits s’envolent, les paroles restent

Non loin de là discutent des entrepreneurs plus confirmés. Le salon vitré, écrin des Rencontres d’entreprise Francollia, se fait le théâtre de nombreuses négociations. Des hommes d’affaires de toute la francophonie viennent développer des partenariats entre eux. " Jacques Attali disait qu’en réalisant des affaires dans son propre espace linguistique, on a 65% de chance en plus d’arriver à des résultats concluants ", commente Philippe Suinen, Commissaire Général du Forum mondial. À ce titre, Amid Faljaoui, chroniqueur économique sur Classic 21, fait remarquer que la troisième édition de l’événement pourrait se dérouler en Afrique, majoritaire au sein de la francophonie. " Cela paraît tout à fait envisageable ", répond Philippe Suinen, qui a d’ailleurs déjà soumis l’idée au Conseil Permanent de la Francophonie. " L’Afrique devient émergente et la scolarisation y a beaucoup progressé. Je serai fier, dans vingt ans, d’appartenir à un espace linguistique où ce continent apparaît encore plus présent ".

D’autre part, cette alternance Nord-Sud permettrait de régler les nombreux soucis de visa. " Ils concernent surtout les sans-emplois, que les ambassades soupçonnent de ne pas revenir dans leur pays le plus tôt possible pour chercher du travail ", éclaire le Commissaire Général. " Les ponts sont plus solides que les murs : nous remédierons à cette présomption, en espérant qu’elle ne soit pas irréfragable ". Un autre intervenant, Marc Deschamps a, de son côté, beaucoup insisté auprès des entreprises sur l’importance du commerce hallal. " On compte un tiers de musulmans en francophonie. Il ne faut ni négliger leurs besoins, ni segmenter notre espace linguistique en régions. Conservons-le comme une collaboration d’envergure mondiale ". Si ce jeudi 23 juillet sonne la fin du Forum, ces rencontres entrepreneuriales promettent de prolonger son impact encore longtemps.

2 images
Les tables rondes se font le support de discussion bien carrées © Boris Krywicki
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK