Syrie: situation confuse à Alep, les morts continuent à tomber

Un camp de réfugiés syriens en Jordanie
Un camp de réfugiés syriens en Jordanie - © KHALIL MAZRAAWI (AFP)

Les forces gouvernementales comme les rebelles de l'armée syrienne libre affirment contrôler le quartier de Salaheddine où se concentrent les combats. L'opposition syrienne, regroupée dans le Conseil national syrien, demande une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité de l'Onu.

Impossible de savoir ce qui se passe vraiment à Alep, au troisième jour  de la contre-offensive lancée par l'armée syrienne avec des hélicoptères et des  chars. Les rares journalistes étrangers sur place ont été tenus à l'écart du coeur des combats, le  quartier de Salaheddine, dans le sud-ouest d'Alep. Chaque camp affirme tenir cette position. Des combats se déroulent aussi dans la banlieue d'Alep. 

Aucun bilan non plus des morts et des blessés. Le Croissant rouge syrien s'est retiré la semaine dernière.

Après 9 jours de combats à Alep, 200 000 personnes auraient  fui la ville, soit près de 8% de la population, selon  l'estimation d'une responsable des opérations humanitaires de l'Onu. Les fugitifs s'abritent là où ils le peuvent dans des écoles ou d'autres bâtiments publics et ils ont besoin d'assistance humanitaire.

Sur place, le commandant de l'armée syrienne libre demande la création d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie. C'est ce qui avait été décidé pour la Libye l'an dernier.

Mais l'opposition syrienne, militaire comme politique, sait qu'une telle option se heurtera à nouveau à un véto russe, sinon chinois,  au Conseil de Sécurité de l'ONU.

Le responsable du Conseil national syrien,  Abdel Basset Sayda  plaide pour une action en-dehors du Conseil de Sécurité.  Il demande aux amis de la Syrie de fournir des armes aux rebelles. D'origine kurde, il cherche aussi à se rallier le soutien des Kurdes d'Irak, après le rapprochement décidé la semaine dernière entre deux formations kurdes syriennes qui étaient opposées.

Françoise Nice

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK