Syrie: Barack Obama hausse le ton et menace d'intervenir militairement

Pour les Etats-Unis, la question de ces armes ne concerne pas seulement la Syrie mais aussi les proches alliés dans la région, autrement dit Israël.

La Syrie est un voisin direct d'Israël, seul le plateau du Golan les sépare. Les intérêts, on le sait, sont multiples dans cette région sensible. Pour les Etats-Unis, pas question de permettre que les armes chimiques syriennes se retrouvent dans les mains des ennemis de leur allié israélien. Ce serait, selon les mots de Barack Obama, la ligne rouge à ne pas franchir, la ligne rouge qui justifierait une intervention militaire américaine en Syrie.

Selon certains observateurs, l'arsenal chimique syrien est important, important et opaque car il n'existe aucune information officielle sur la quantité de cet armement dans la mesure où la Syrie n'est pas membre de l'organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Damas aurait développé son arsenal chimique dans les années 70 et 80 pour contrebalancer le développement du programme nucléaire d'Israël, avec l'aide de l'Union soviétique à l'époque puis de l'Iran, l'un de ses principaux alliés.

La Syrie possèderait 4 voire 5 sites de production d'armes chimiques près de la capitale Damas mais aussi d'Alep où les combats font rage en ce moment. Des spécialistes américains parlent de gaz moutarde (ce gaz largement utilisé pendant la première guerre mondiale) mais aussi de gaz sarin. Ou encore de VX, un gaz qui comme le sarin attaque le système nerveux et musculaire mais de manière plus rapide et plus puissante.

Compte tenu de cet arsenal, les Etats-Unis se prépareraient en coulisse à sécuriser les sites de production.

Africa Gordillo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK