Nouveau cessez-le-feu dans trois localités syriennes

Des groupes rebelles et des combattants du régime ont conclu dimanche un nouveau cessez-le-feu temporaire dans trois villes de Syrie, ont indiqué à l'AFP une ONG et un médiateur, après plusieurs jours d'intenses combats entre les deux parties.

La trêve qui devait commencer en milieu de journée, concerne Zabadani, bastion rebelle près de Damas, et les villages chiites de Foua et Kafraya, les deux derniers îlots du régime syrien dans la province d'Idleb majoritairement contrôlée par les rebelles. Ces localités avaient connu un bref répit en août à la suite d'un cessez-le-feu prévoyant le retrait des rebelles de Zabadani en échange de l'évacuation des civils de Foua et Kafraya.

Fragiles trêves

Mais la trêve n'avait duré que 48 heures. Ces derniers jours ont été particulièrement violents dans les deux villages chiites défendus par des milices pro-régime et des combattants du Hezbollah chiite libanais. Vendredi, "l'Armée de la Conquête", coalition regroupant la branche syrienne d'Al-Qaïda et d'autres groupes rebelles, y a intensifié son offensive, menant neuf attentats à la voiture piégée, dont sept perpétrés par des kamikazes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Depuis, au moins 66 rebelles islamistes, 40 combattants pro-régime et sept civils ont été tués, selon l'OSDH.

"Les combattants ont cessé les opérations militaires tôt ce matin mais le cessez-le-feu officiel commence à midi (09h00 GMT)", a précisé dimanche Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Les forces du régime ont lancé en juillet une offensive pour reprendre Zabadani, dernière place forte des insurgés près de la frontière avec le Liban, poussant une alliance rebelle incluant le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, à encercler Foua et Kafraya.

Lors des précédentes tractations en août, les négociations avaient achoppé sur une demande des rebelles de libérer plusieurs milliers d'insurgés détenus par le régime qui ne voulait en libérer qu'un millier, selon l'OSDH.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK