Le combat de citoyens belges pour accueillir deux familles syriennes

Une rue dévastée d'Alep, en Syrie, en juillet 2015
Une rue dévastée d'Alep, en Syrie, en juillet 2015 - © KARAM AL-MASRI - AFP

Un collectif de citoyen a décidé d'aider deux familles syriennes à émigrer en Belgique. Quatre adultes et huit enfants en tout. Ils sont arrivés mercredi soir à l'aéroport de Bruxelles. Deux petites filles en bas âge ont besoin de soins urgents dont elles ne pouvaient pas bénéficier dans leur pays en guerre.

Pour faire venir ces familles ici, le collectif citoyen a dû déplacer des montagnes. Dans un premier temps - à la demande du collectif - les deux familles syriennes ont dû se rendre illégalement en Turquie.

Ghazi El Rass, pharmacien, d'origine syrienne, est à l'initiative de ce projet. Il explique : "Nous avons tremblé pendant des nuits en attendant qu’ils puissent traverser la frontière".

Le collectif a ensuite loué des appartements pour loger ces familles en Turquie. Puis il s'est arrangé pour leur procurer un visa humanitaire pour la Belgique.

Sept mois de procédures administratives complexes que le collectif n'a pu surmonter que grâce à l'aide d'avocats bénévoles. "Nous ne sommes pas un Etat, nous ne sommes que des citoyens simples. On a travaillé jour et nuit et certains ont abandonné leur travail quelques jours pour pouvoir vraiment compléter le dossier".

Des citoyens ont participé financièrement. Chacun payait 50 euros, 100 euros

L'autre obstacle était financier. Il a fallu payer les visas, les billets d'avion, la location des appartements. Le total se chiffre en milliers d'euros. "C’est le groupe qui a fait une annonce et des citoyens ont participé financièrement. Chacun payait 50 euros, 100 euros".

Pour les semaines qui viennent, les deux familles seront temporairement logées dans des appartements fournis par le CPAS de Forest. Elles devront ensuite introduire une demande d'asile.

Le collectif compte bien continuer à les aider dans leur démarche. Il espère aussi faire des émules...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK