L'ambassadeur de Turquie convoqué au ministère des Affaires étrangères pour lui signifier la désapprobation de la Belgique

La Belgique condamne l'offensive menée par l'armée turque dans le Nord-Est de la Syrie. L'ambassadeur de Turquie Zeki Levent Gümrükcü a été convoqué aux ministère des Affaires étrangères pour lui communiquer directement le point de vue belge. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders l'a annoncé dans tweet: "A ma demande, l'Ambassadeur de #Turquie a été convoqué aujourd'hui pour lui signifier la désapprobation de la #Belgique à l'égard de l'opération militaire turque dans le nord-est de la #Syrie. L'#UE appelle la Turquie à immédiatement mettre fin à cette opération"

Hier, en commission de la Chambre, Didier Reynders avait expliqué que la Belgique condamne les opérations en cours dans le nord-est de la Syrie. La Belgique a appelé à la retenue et demandé qu'il n'y ait pas d'invasion. Avec la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, la Belgique demande l'inscription en urgence de ces événements à l'ordre du jour de la réunion du Conseil de sécurité des Nations-Unies. "L'urgence, maintenant, c'est le Conseil de Sécurité. C'est là qu'il est possible d'avoir une véritable réaction car c'est là que les problèmes de sécurité se règlent", a dit le ministre des Affaires étrangères en réponse aux questions des députés.

Convocation en Italie également

De même, l'Italie a également convoqué ce jeudi l'ambassadeur de Turquie à Rome, au lendemain de l'offensive lancée par Ankara dans le nord-est de la Syrie."A la suite des initiatives militaires turques dans le nord-est de la Syrie, le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio a ordonné la convocation de l'ambassadeur de Turquie en Italie", a annoncé le ministère italien des Affaires étrangères."En réaffirmant l'importance de la cessation de toute action unilatérale, l'Italie réitère que la seule voie possible pour une solution durable de la crise syrienne est représentée par le processus politique en cours sous l'égide des Nations Unies", conclut le ministère.

L'offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence du groupe jihadiste Etat islamique (EI). Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU doit avoir lieu jeudi. La Turquie a lancé son offensive contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe qu'elle considère comme "terroriste" mais qui est soutenu par les pays Occidentaux pour combattre l'EI.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK