Des dizaines de milliers de Syriens fuient les combats à Alep

Des dizaines de milliers de Syriens ont fui leurs foyers au sud de la ville septentrionale d'Alep pour échapper à l'offensive du régime lancée la semaine dernière contre les rebelles, a annoncé mardi l'ONU.

"Environ 35 000 personnes ont été déplacées de Hader et Zerbé, au sud-ouest de la ville Alep à la suite des offensives gouvernementales des derniers jours", a affirmé par mail à l'AFP la porte-parole du bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Selon Vanessa Huguenin, beaucoup d'entre eux ont trouvé refuge chez des familles d'accueil ou dans des habitations sommaires plus à l'ouest dans la province éponyme.

Route stratégique

"Les gens ont urgemment besoin de nourriture, de produits de base et d'abris", a-t-elle ajouté. "De plus, les agences d'aides sont de plus en plus inquiètes pour les familles vivant sans toit alors que le temps se refroidit surtout la nuit".

Les forces du régime ont lancé une offensive au sud de la ville d'Alep le 17 octobre, soutenus par les raids aériens russes. Leur objectif est de s'emparer de villages et de localités situées près de la route stratégique Alep-Damas.

Les raids russes ont tué 370 personnes

Les frappes de l'aviation russe en Syrie ont tué 370 personnes, 243 rebelles et 127 civils, depuis le début le 30 septembre de l'intervention de Moscou dans le conflit, a affirmé mardi une ONG syrienne.

En trois semaines, "370 personnes ont été tuées dans des centaines de frappes russes, dont 243 combattants parmi lesquels 52 du groupe jihadiste Etat islamique (EI) et 127 civils", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi les civils, l'OSDH a dénombré 36 enfants et 34 femmes.

Moscou, intervenue dans le conflit pour venir en aide au régime de Bachar al-Assad; affirme viser l'EI et d'autres groupes "terroristes", c'est-à-dire opposés au pouvoir.

Mais les Occidentaux et les militants accusent la Russie de se concentrer sur les rebelles qualifiés de "modérés" pour appuyer le régime en difficulté.

L'aviation russe a frappé plusieurs provinces du pays, dont celle de Raqa, le bastion de l'EI. Elle a surtout visé les provinces où les forces du régime mènent des offensives contre plusieurs groupes rebelles, et où l'EI n'est pas présent.

Depuis mars 2011, le conflit déclenché par la répression de manifestations réclamant des réformes, a causé la mort de plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite quatre millions de Syriens qui se sont réfugiés dans les pays voisins. Environ sept millions de personnes sont en outre déplacées dans leur propre pays.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK