Voitures connectées: quel impact ont les ondes sur la santé des passagers?

Parmi les nouveautés proposées au salon, de nombreuses marques misent sur l’hyper connectivité des voitures pour fournir un maximum de services à l’intérieur de la voiture.
3 images
Parmi les nouveautés proposées au salon, de nombreuses marques misent sur l’hyper connectivité des voitures pour fournir un maximum de services à l’intérieur de la voiture. - © Mike Bird

Parmi les nouveautés proposées au salon, de nombreuses marques misent sur l’hyper connectivité des voitures pour fournir un maximum de services à l’intérieur de la voiture. Mais les ondes nécessaires pour ce genre de technologie ont-elles un impact sur la santé des passagers ?

C’est un grand classique du début d’année: le Salon de l’auto. Les constructeurs automobiles y présentent leurs nouveautés, et notamment des voitures connectées, voire hyper connectées. "La Classe E, on l’appelle la berline la plus intelligente au monde, prétend Christophe Vloebergh, responsable presse chez Mercedes-Benz. Avec notre application sur smartphone, on peut ouvrir et fermer le véhicule à distance, checker s’il y a encore du carburant". Et la connectivité ne s’arrête pas là : grâce à une carte SIM insérée dans la voiture, il est possible de lire ses mails, faire une recherche internet ou encore regarder une vidéo. Des services proposés aussi chez Renault : "en plus des services classiques de navigation et de téléphonie, nous avons développé une application spécifique pour nos véhicules électriques qui permet de repérer les bancs de recharge ". Du côté du stand Fiat, on propose une voiture Deezer dans laquelle vous avez accès directement à la plateforme de musique. "Selon moi, on n’est qu’au début pour tout ce qui est connectivité et dans les prochaines années, ça évoluera énormément", prévient même Christophe Vloebergh.

Quel impact sur la santé ?

Les constructeurs assurent que la santé des utilisateurs de leurs voitures est primordiale. "Il y a tout un processus d’homologation", rassure Karl Schuybroek. Directeur de la communication de Renault Belgique. Les ondes émises par le système de connexion n’ont-t elles donc pas d’impact pour le passager ? "Pas à notre connaissance", répond-il. "C’est une question délicate, explique Christophe Vloebergh de Mercedes. On est en phase d’exploration et de découverte, selon les dernières études de Mercedes, il n’y aurait pas d’impact. Mais il est clair que toutes ces études évoluent et dans quelques années, on dira peut-être l’inverse. Mais actuellement, on ne voit pas de danger".

Selon les dernières études de Mercedes, il n’y aurait pas d’impact

La question des conséquences sur la santé des ondes émises par ces systèmes n’est pas complètement tranchée. "Ce que l’on sait sur l’effet des ondes sur la santé jusqu’à présent, c’est essentiellement au travers d’études d’observation des utilisateurs de GSM au long court, que nous sommes tous devenus depuis lors, constate Jacques Vanderstraeten, médecin généraliste spécialisé dans les questions d’électrosensibilité. Elles nous indiquent un possible risque d’augmentation de la fréquence du cancer du cerveau pour un usage intensif et prolongé de ce GSM". Un risque possible, donc pas certain ? "On n’en est pas sûr, ça tient à l’imperfection inhérente des études réalisées jusqu’à présent puisque ce sont des études rétrospectives". Cependant, le médecin tient à rassurer: le système d’émission-réception se trouve à l’extérieur de l’habitacle. "Dans cette mesure là, l’utilisateur dans l’habitacle n’est en principe pas exposé, où très peu quand c’est une antenne intégrée dans un pare-brise, par exemple", affirme Jacques Vanderstraeten.

Le fait d’être à l’intérieur de la voiture n’exposerait donc pas plus les passagers aux ondes, les études scientifiques ne disent pas le contraire en tout cas. Si elles rappellent que le bien-être de leurs clients est une priorité, les marques n’en oublient pas leurs objectifs. La voiture autonome en fait partie. Pour beaucoup de constructeurs, la connectivité dans la voiture n’en est qu’à ses prémices. "Il faut d’abord que la voiture soit connectée pour qu’elle puisse être autonome", fait remarquer un responsable de la communication chez Renault.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK