Revue de presse : "Une réparation, une vraie, entre la fille autrefois illégitime et le fils si longtemps mésestimé"

A la Une, le vogel-pick traditionnel, la presse essaye de deviner les mesures du jour !

6 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Quelles mesures vont être adoptées ?

La Belgique va muscler ses mesures, titre le Soir.

Le Comité de concertation se réunit cet après-midi et sur la table, il y a une fois de plus un éventail de décision possible.

Lesquelles seront adoptées ? C’est à nouveau toute la question. Ce sera plus strict, mais sans lockdown.

Le Morgen l’affirme, il n’y aura pas de confinement, croit savoir le quotidien.

Mais une mesure tout de même qui s’apparente presque à une mise à l’isolement généralisé. La Libre en fait sa Une, le pays se dirige vers des contact limités à Une seule personne dans les zones à risques.

Difficile de garder le moral ? Oui, confirme le quotidien, vraiment difficile.

D’autant que la grande majorité des citoyens sont victimes des comportements inappropriés, ou risqués d’une minorité.

Sanctionner pour éviter le reconfinement

Alors pour la Libre, le temps est venu de sanctionner les incivilités. Et de sanctionner davantage encore les récidives.

Parce que nos vies sociales, professionnelles et culturelles ne peuvent pâtir indéfiniment de ceux qui minimisent les risques et ignorent le danger.

Tout, vraiment tout doit être fait pour éviter un nouveau confinement.

On verra aujourd’hui ce qu’il ressort du Comité.

En attendant, une décision fait déjà la Une, la Une de l’Avenir notamment:

 les vacances de Toussaint sont prolongées.

Décision saluée par les acteurs de l’enseignement et sans doute aussi un peu par les élèves.

6 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Le temps de la réparation

Sur ces Unes qui défilent, il y a une photo qui reste la même. C’est la rencontre entre la Princesse Delphine et le roi Philippe.

Côté francophone la photo est souvent en petit, mais dans la presse flamande, alors là, c’est frappant, c’est franchement la Une.

Rencontre royale dit le Laatste Nieuws et elle le méritait.

Delphine et Filip, " nu echte familie" et il y a un petit jeu de mots sur le terme echte, avec ou sans h, vraie famille ou famille proche.

Cela dit, côté francophone, les journaux éditorialisent aussi sur cette rencontre.

Le Soir, par exemple, l’écrit : un Roi qui pose les gestes qu’il faut. Quand il faut, ce roi-là tire son règne vers le haut et honore la société dans laquelle il vit et agit.

Il y a, juge d’ailleurs le Soir, une belle émotion qui se dégage de ce cliché. Surtout lorsqu’on se figure ce qu’il représente exactement. Une réparation, une vraie, entre la fille autrefois illégitime et le fils si longtemps mésestimé.

Pour l’Avenir, c’est la fin du feuilleton. Le point final d’une saga entamée il y a plus de 7 ans. Et en décortiquant un peu l’image, l’Avenir note surtout. Le Palais ne souhaite pas peopoliser la royauté.

Delphine était au Palais de Laeken, là où vit le roi Philippe. Là où il habite, pas là où il travaille.

Ni le décor, ni les postures ne visent le glamour, non, le but, c’est de refermer le couvercle de l’affaire Boel.

Tout cela retourne dans la sphère privée de la famille du Roi.

Et l’Avenir conclut :

Désormais, cela ne nous regarde plus.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK