Revue de presse : " Un vacancier qui crée des ennuis pourrait bientôt être banni "

Ce matin la presse nous emmène à la Côte, mais aussi plus loin, jusqu’en Californie. 

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La SCNB restreint son offre jusqu’à la Côte

Il faut en profiter car se rendre à la mer va devenir difficile, la SCNB restreint son offre vers la Côte, peut-on lire en une de la Libre.

Fini les trains bondés, ajoute le quotidien.

Une fois rempli à 80%, le convoi filera sans arrêt jusqu’à la Côte.

Et le Soir précise que la SNCB mais aussi la police veilleront au grain.

Voilà qui ne plaît pas au président de l’association flamande Trein Tram Bus. Un problème propre a la Côte est finalement attribué aux voyageurs et à la SNCB et ce sont eux qui payent les pots cassés dit-il dans le Standaard.

Et ce président en profite pour rappeler qu’il n’y a pas que des vacanciers qui prennent le train, pour de nombreux Belges c’est un moyen de transport essentiel.

 

Trains limités, plages limitées

Mais il n’y a pas que dans les trains où les places seront limitées, ce sera aussi le cas sur les plages…

Le nombre de vacanciers dépendra de la taille de la station balnéaire.

Ostende, la plus grande : 10.000 touristes maximum.

La Panne, la plus petite : 2000

La limitation de l’offre de train a deux objectifs explique la Libre.

  1. Uniformiser les mesures à la Côte et ainsi éviter la cacophonie de la semaine dernière, quand chaque commune de la Côte a pris ses propres décisions sans concertation avec les autres.
  2. Eviter des incidents comme ceux survenus Blankenberge.

Des vacanciers bientôt bannis ?

Et une autre décision pourrait arriver dans les prochains jours, on pourrait appeler ça "l’interdiction de plage".

L’idée est la même que les interdictions de stade au football, un hooligan qui crée des ennuis est banni durant une certaine période.

Et bien un vacancier qui crée des ennuis sera lui aussi banni.

Pas les jours de matchs, mais les jours de canicule, de forte chaleur, bref les jours où les plages risquent d’afficher soldout. C’est en tout cas le souhait du ministre de l’intérieur, Peter De Crem, mais il y a encore des questions en suspend.

 

Combien de temps dureront ces interdictions ?

Comment vérifier qu’elles sont bien respectées ?

Le hooligan plagiste devra-t-il par exemple, se présenter au commissariat les jours où il est interdit de plage, comme le font les hooligans les jours de matchs ?

Ces questions devront être abordées afin de valider cette loi, mais comme le précise la Libre, elle ne pourra pas être votée avant la fin de l’été.

 

Kamala Harris pour battre Donald Trump

Le candidat a choisi écrit le Soir, Kamala Harris, désormais dans la course à la maison blanche. Et ce choix ne surprend pas la Libre.

Candidate noire, elle pourrait rassembler une communauté afro américaine qui se cherche une représentante explique le Soir.

Kamala Harris possède déjà un sacré bagage, procureur à San Franscico, première femme et première personne de couleur à occuper le poste de procureur général de Californie, soit le poste le plus important de la justice dans l'état le plus peuplé des États-Unis, sénatrice depuis 2017.

Candidate à l'investiture démocrate pour ces élections présidentielles, battue, elle a finalement apporté son soutien à Biden qui l'a choisie.

Ensemble ils vont tenter de battre Donald Trump et ainsi accéder à la maison blanche.

Cette victoire serait doublement historique écrit le Morgen, Biden sera le plus vieux président américain de l'histoire.

Harris elle, serait la première vice-présidente de l'histoire.

Jamais une femme n'a occupé ce poste, mais ce n'est pas tout !

Comme le dit le Soir, si Biden doit renoncer à son poste en cours de mandat, c'est Kamala Harris qui prendra la relève, devenant ainsi la première présidente des États-Unis. Le Morgen confirme, mais pour lui cela ne devrait pas arriver.

Le quotidien pense plutôt que c'est l'occasion pour la sénatrice de se positionner afin d'être la candidate en démocrate 2024.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK