Revue de presse : un pari sur la liberté

La presse analyse les décisions du Comité de concertation et un mot revient partout en 7 lettres, horizontalement, possibilité d’agir sans contrainte. Et ça commence par un L ? Liberté !

 

La liberté à l’horizon

Liberté, voilà le mot qui complète et achève la grille des mots croisés du Covid.

Et ça colle, entre le Corona, le confinement. Les masques, et le gel hydroalcoolique, les gestes barrières, (le B de barrière confirme le B de liberté) et finalement le couvre-feu.

Après les coiffures en pagaille et le télétravail revoici la liberté.

Elle est à la Une de toute la presse. Enfin libéré, écrit la Dernière Heure, en Une. Le 9 juin, la Belgique libérée, dit Sudpresse. La liberté en 4 étapes c’est pour la Gazet Van Antwerpen et l’été des libertés, pour le Belang Van Limburg.

A ceux que les mots croisés rebutent, le Standaard propose un "jeu de l’Oie" version Covid, ça s’appelle "le chemin vers la liberté" et c’est en quelques cases et en quelques coups de dé, l’occasion de retrouver enfin une vie normale.

Retour à la vie normale

Le retour à la vie normale, ça, c’est ce que la Libre vous offre, en Une, ce matin. Avec une éclaircie sur fond de ciel bleu en guise d’Une et 5 étapes pour la retrouver, cette vie.

9 juin et ces assouplissements : Horeca et culture.

1er juillet, grands évènements, culte et cérémonie privée.

Le 30, les foires commerciales.

Le 13 août, un ticket Covid safe et enfin, pour la rentrée de septembre, la levée de toutes les barrières.

Dit comme cela, toutes ces décisions semblent acquises. Il y a tout de même des conditions. Des seuils qui devront être observés tout au long de cet été.

 

Liberté, mais pas forcément sécurité ?

Ah, oui, bien entendu. C’est ce que le Soir rappelle avec son titre de Une : l’été sera festif si tout va bien. Ça ressemble à un seau d’eau froide plein de glaçons, mais le Soir le confirme.

Libéré, oui, écrit l’édito, mais avec une ceinture de sécurité à boucler nous-même.

Parce que des mais, il y en a plusieurs : notre liberté future, celle de juin, de juillet et du reste, notre liberté future reste soumise à la situation sanitaire. Et surtout, surtout, à la responsabilité individuelle. Au fait donc de passer par la case vaccination.

Au fait aussi de continuer à respecter les règles de ce jeu bizarre.

Ce masque qu’il faudra encore porter cet été. Ces distances qui resteront en vigueur, d’ici septembre, cela restera une liberté surveillée.

Va-t-on trop vite, se sont demandé bon nombre d’observateurs ?

Le Morgen répète encore la question en Une, ce matin. Non, ont répondu les autorités. Nous, on voulait même aller plus vite a dit le gouvernement flamand.

Et le Morgen conclut, puisque nous ne savons pas trop si le rythme est trop rapide ou pas, la liberté qu’on nous promet pour demain, est un pari.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK