Revue de presse : "Un manque à s’amuser"

Dans la presse, on croise quelques Gilles, mais comme on dit, images d’archives.

"L'espoir fait vivre, mais l'attente fait mourir"

La plupart des Carnavals sont annulés.

Les images dans la presse datent au minimum de l’an dernier. L’Avenir se demande :

est-ce le dernier mardi gras sans carnaval ?

Il n’y aura aujourd’hui ni cortège ni défilé, ni fête. Alors le quotidien le constate, dans les villes où c’est une tradition, le moral n’est pas au beau fixe et ce n’est pas rien de le dire.

Il y a une perte de dynamisme, une perte de bien-être. "Un manque à s’amuser", alors que "faire la fête est inné à l’Homme".

Alors cette réflexion de la Libre, en attendant de pouvoir, justement faire la fête, le quotidien l’affirme. L’espoir fait vivre, mais attention, l’attente fait mourir, l’édito l’affirme, ces jours-ci, on s’est repris à rêver d’un retour possible à la normale. Plus rapide que prévu. Il est temps en tout cas.

Pour les étudiants notamment qu’ils puissent retrouver leurs amis, leurs camarades sur les campus et dans les auditoires. Il faut de l’espoir, mais conclut la Libre, pas de faux espoirs.

 

Les visites dans les maisons de repos pourraient être assouplies

En Une aussi, un premier assouplissement évoqué dans la presse. A propos des visites dans les maisons de repos.

Ce n’est à ce stade qu’une recommandation, mais qui progresse. Sur base de l’idée qu’une personne vaccinée est moins contagieuse, les visites dans les maisons de repos pourraient être assouplies, dit le Nieuwsblad.

A l’heure qu’il est, les résidents ne sont autorisés à recevoir qu’une seule personne contact et un second visiteur à bonne distance.

La volonté serait d’assouplir le nombre de visiteur possible. Autre assouplissement envisagé, reprendre au sein de ces établissements de soins les activités pour les résidents.

Autre idée qui fait son chemin :

La dose unique pour ceux

qui ont déjà fait le covid.

La Libre note en Une que la Belgique envisage d’adopter cette mesure, déjà recommandée chez nos voisins français par la haute autorité de la Santé.

Puisqu’en faisant la maladie, le patient développe des anticorps, la dose unique servirait de dose de rappel.

L’économie en termes de vaccin est évidente. Le problème majeur reste l’organisation d’une telle décision de l’ordre du casse-tête.

L’entreprise Audi forcée d’arrêter sa production, faute de matière première

Et puis, la presse ce matin évoque aussi les effets du Covid sur les entreprises.

Premier effet, très concret, c’est la Une de l’Echo et du Tijd : l’entreprise Audi à Forest, à Bruxelles, est obligée d’arrêter sa production, faute de matière première. Et cela pour une semaine. 

Ils leur manquent des composants électroniques, ces puces qu’on retrouve un peu partout dans les voitures. L’économie s’est remise à tourner un peu plus vite que prévu. La demande pour ce genre de produit a explosé.

D’autant plus fort qu’avec le travail à domicile, le secteur informatique tourne à plein régime et lui aussi, l’informatique, le secteur électro adore les puces d’où la pénurie qui se fait sentir.

Les travailleurs migrants hautement qualifiés recherchés par la Belgique

Autre effet du Covid, dans le Standaard sur les flux migratoires officiels, la Belgique a très fortement besoin de ces travailleurs qui reçoivent un permis pour venir travailler chez nous.

Obligée d’arrêter sa production, faute de matière première mais ils ont désormais tendance à rester chez eux dit le Standaard et à télétravailler.

Cela risque de rester le cas pendant encore un moment puisque ces travailleurs qui viennent d’Asie, d’Amérique du Nord voire d’Océanie auront encore pas mal de réticence et de difficulté à voyager jusqu’en Belgique.

L’effet général de tout cela, c’est que dans le flux migratoire global, la part de travailleur qualifié va diminuer et la main-d’œuvre non qualifiée va augmenter.

Constat chiffré pour l’an dernier l’année covid, le nombre de détachements signalés était de 770.000 , soit un peu plus de 10% de moins que les années précédentes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK