Revue de presse : tous les moyens sont bons pour la vaccination

La situation sanitaire à Bruxelles est en Une d’une partie de la presse francophone.

" Si vous n’allez pas vous faire vacciner, la vaccination viendra à vous"

 

A commencer par la Dernière Heure qui n’y va pas par 4 chemins avec ce titre : la solution pour sauver Bruxelles, c’est le Coronapass.

Le quotidien affirme que c’est ce que veulent les bourgmestres de la capitale.

Pas de football panique, toujours dans la DH et dans la Libre Belgique, le ministre bruxellois en charge de la santé Alain Maron se donne jusqu’à la fin du mois de septembre pour décider s’il faut encore serrer la vis avec une extension du Covid Safe ticket.

Si ce devait être le cas explique le ministre, il faut que ce covid safe ticket soit limité dans le temps et qu’il se base sur un cadre légal solide.

Et d’ici là tous les moyens sont bons pour encourager et faciliter la vaccination.

Si vous n’allez pas vous faire vacciner, la vaccination viendra à vous.

On apprend notamment en Une du Morgen que dès lundi prochain, il sera possible de se faire vacciner dans certains magasins.

Une vaccination sans rendez devant ou dans certaines enseignes de magasins comme Ikea, Primark, Action, ou les hypermarchés Carrefour.

Une opération en collaboration avec Comeos, la fédération du commerce et qui pourrait durer plusieurs semaines.

Le manque de soleil se fait ressentir

 

On en parle beaucoup en ce moment, la mauvaise météo de cet été mine notre moral et notre santé.

C’est la Une du journal l’Avenir.

Le manque de lumière, les températures anormalement basses et le soleil absent, un cocktail détonant qui va faire mal à celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion ou la possibilité d’aller chercher le soleil ailleurs.

Cette météo maussade peut avoir des impacts sur notre humeur, notre santé mentale et sur notre sommeil.

Plusieurs experts donnent des conseils pour se ressourcer avec notamment de la luminothérapie, prendre des compléments de vitamines D et avoir un régime alimentaire équilibré.

 

Le déluge de cet été, conséquence du réchauffement de la planète

 

Et le mauvais temps est aussi en Une du Journal le Soir qui pointe du doigt le réchauffement climatique.

Le déluge de cet été est en partie dû aux modifications climatiques qui s’accélèrent.

Une étude publiée par une quarantaine de chercheurs désigne ce réchauffement comme responsable des précipitations du mois de juillet et donc aux inondations qui ont endeuillé le pays.

Selon ces chercheurs, le réchauffement du climat rend ce type d’évènement jusqu’à 9 fois plus probable qu’habituellement.

Des précipitations exceptionnelles qui seront encore plus fréquentes si le réchauffement jusqu’à 2 degrés se confirme d’ici la fin du siècle.

Seule solution, et on la connaît, une diminution radicale et immédiate des émissions gaz à effet de serre.

 

 

 

Focus sur les frais scolaires trop élevés

 

La rentrée scolaire est en bonne place dans vos journaux.

Notamment dans les journaux du groupe Sud presse qui se penche sur la gratuité scolaire.

Les quotidiens expliquent que des contrôles vont avoir lieu pour vérifier si la gratuité scolaire est bien respectée, et qui dit contrôle dit sanction ; actuellement il n’y a que les maternelles qui sont totalement gratuites. Les primaires suivront.

Sudpresse qui dresse aussi la liste des frais scolaires que l’école ne peut pas vous demander.

En primaire on retient que les frais liés à des vêtements de gym par exemple, à des frais de photocopies ou encore des sommes pour le fonctionnement et l’équipement des écoles, tout cela est interdit.

 

 

 

La peur de rapatrier des terroristes

 

Enfin le rapatriement des Belges et Afghans de Kaboul est en Une du Het Laatste Nieuws.

Le quotidien flamand qui nous explique le parcours de celles et ceux qui ont fui Kaboul, une fois qu’ils ont posé le pied sur le sol Belge.

Ils ont toutes et tous l’obligation de passer 4 contrôles différents, un contrôle d’identité, un contrôle médical et un contrôle par la Sureté de l’Etat et le service de renseignement militaire.

Il existe en effet une crainte que des terroristes islamistes se mêlent aux réfugiés même si ce risque est minime.

Les experts en terrorisme interrogés par le journal, explique que ces réfugiés ne représentent pas un risque pour notre sécurité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK