Revue de presse : tic, tac, le "t-day" se rapproche

La presse a les yeux tournés vers le prochain week-end et vers l’ouverture des terrasses.

Le fameux T-DAY, tant attendu !

Il n’y a pas de temps à perdre, lance le Nieuwsblad en Une.

Exemple, ce café à Zedelgem compte ouvrir samedi, à 8 heures du matin. Pourquoi pas ? En terrasse on peut aussi prendre un petit-déjeuner.

Surtout, pour la presse, évoqué les terrasses, c’est l’occasion de détailler les règles qui seront en vigueur. Le fameux protocole Horeca.

Il n’y aura plus cette obligation de laisser ces coordonnées au serveur.

Cette fois, ce sont les clients eux-mêmes qui devront prendre contact avec le resto ou le café pour signaler s’ils sont tombés malades.

D’ici samedi, un autre défi identifié par la presse et la Dernière Heure, c’est de trouver suffisamment de personnel.

Beaucoup d’employés ont changé de secteur. Un quart d’entre eux dit la DH qui titre en Une : " urgent, Horeca cherche personnel ".

Sans terrasse, pas d’ouverture

Le Soir lui ne manque d’évoquer ceux qui garderont portes et terrasse closes.

A Bruxelles, cela devrait être le cas d’environ 70% des établissements. En Wallonie, 15% seulement des restaurants et cafés vont redémarrer ce week-end.

Le Standaard lui observe qu’à partir de l’assouplissement. A partir du 8, la police aussi aura encore beaucoup de travail.

L’assouplissement, dit le quotidien, risque d’apporter des défis supplémentaires pour les forces de l’ordre.

Les changements de règles marqueront sans doute aussi une différence d’approche pour la police. Le Standaard en tous les cas, note que c’est d’abord la méthode douce qui devrait employer en cas de rassemblement.

Pas d’examen de fin d’année

En Une, aussi, ce matin : l’annonce officielle. Il n’y aura pas d’examen de fin d’année. Pas d’examen pour les 127 mille élèves de l’officiel, dit le Soir. Ni en juin, ni en septembre.

Enfin, pas d’examen, sauf pour ceux qui achèvent le secondaire.

Les 6e et 7e, donc pas d’examen, mais tout de même le CEB à la fin de la 6e primaire et les épreuves certificatives (le CE1D et le CESS) et éventuellement des épreuves diagnostiques pour évaluer où se situe l’élève dans son apprentissage. Mais pas d’examen, sinon et cela, constate l’Avenir pour la 2e année d’affilée.

Dans le réseau libre, complète l’Avenir, ce sont les pouvoirs Organisateurs qui décideront. Bon nombre d’écoles ont déjà fixé leur organisation.

Date limite pour donner ce modèle d’évaluation : lundi prochain.

 

 

Largement relayée, encore. La polémique et le débat autour du Musée du Chat. Après les détracteurs, ce sont les défenseurs du projet de Philippe Geluck qui s’expriment. Deux pétitions "pro Chat" et quelque 6500 signatures, dit le Soir.

La Libre en fait son édito pour constater même chat, nul n’est prophète en son pays. Philippe Geluck n’est certainement pas le seul artiste contemporain du pays.

Mais il peut se targuer d’avoir construit une œuvre. D’avoir fait évoluer les codes dans sa discipline. Son art se trouve au confluent de la BD, du dessin d’humour, de la caricature et du détournement, mais c’est un art, oui, confirme la libre. Dans ce pays qui se veut terre de bande dessinée, un Musée consacré au Chat aurait toute sa place.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK