Revue de presse : Soulagement et interrogation entourent cette rentrée très particulière

Et le thème qui inonde nos journaux c’est évidemment la rentrée et un ouf de soulagement.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Interrogation et soulagement pour la rentrée

Enfin ", s’écrie l’Avenir dans sa Une !

Enfin ils sont tous de retour à l’école à partir de 5 ans. Car si certains des enfants ont pu retourner un peu à l’école en juin ce sont des milliers d’autres qui n’ont plus mis un pied dans leur classe depuis le mois de mars et le début du confinement.

Un retour à l’école qui se fait avec énormément d’interrogations. Et du coup la Dernière Heure nous propose dix questions que se posent les parents les enfants et les instituteurs.

 

Qui doit porter le masque ?

Qui doit amener le gel hydroalcoolique ?

À partir de combien de cas de Covid l’école va-t-elle fermer ?

 

Toute une série de questions dont les réponses doivent rassurer et pourtant les prochaines semaines voire les prochains mois seront décisifs dans la gestion de l’épidémie.

Car comme le rappelle De Standaard ce sont des centaines de milliers d’enfants qui vont se retrouver et donc accélérer la circulation du virus.

Redéfinir les matières essentielles

Et cette rentrée il a fallu la préparer et la ministre de l’enseignement en Fédération Wallonie Bruxelles était à la manœuvre.

Caroline Désir dévoile dans la Libre Belgique les grands chantiers de cette rentrée un peu particulière et elle l’assure :

On va rattraper le retard des élèves et pas diminuer leur niveau.

 

La ministre explique que pour chaque niveau, l’essentiel a été défini et chacun saura donc sur quelle matière il faut se concentrer.

Caroline Désir qui s’engage aussi à systématiser les contrôles en ce qui concerne les frais scolaires.

 

 

Raccourcir les vacances d’été

Un entretien où il est aussi question du rythme scolaire.

Un dossier qui n’a pas évolué explique la Ministre et pourtant le journal le Soir titre : "Rythme scolaire c’est maintenant ou jamais".

Syndicats, parents, Ligue des familles et Ligue des droits de l’enfant exigent la mise en œuvre d’une réforme écrite il y a 30 ans. Une réforme qui doit selon eux, permettre de mieux respecter les rythmes biologiques des plus petits.

Soit, 7 semaines de cours suivis de deux semaines de congé. Les grandes vacances d’été seraient donc raccourcies de deux semaines.

Mais cette idée date d’il y a 30 ans, la patience est donc de mise pour ses défenseurs.

 

Ça patine au fédéral

Et de la patience il en faut aussi pour espérer voir arriver un nouveau gouvernement fédéral.

Et bien oui puisque ça patine en ce qui concerne une éventuelle coalition Vivaldi qui doit regrouper les familles socialistes, libérales, écologistes et le CD&V qui se fait désirer.

Devinez qui hésite encore à s’engager sans la N-VA ? Le CD&V pardi !

s’exclame Sudpresse.

Les autres partis prêts à se lancer dans les négociations sont suspendus à la décision des chrétiens flamands écrit De Morgen.

Le CD&V qui aurait posé ses conditions, 4 conditions à en croire la Libre. Ou plutôt 4 points qui posent problème à en lire le quotidien : la refédéralisation de certaines compétences, la question de l’interruption volontaire de grossesse, les nouveaux investissements prévus dans la note d’Egbert Lachaert et enfin le CD&V aurait des exigences en matière de migration et de sécurité.

Des thèmes chers à un autre parti c’est la N-VA et c’est toujours ça qui pose problème. Certains au sein du CD&V ne veulent pas aller au fédéral sans la N-VA

Les membres du parti devaient se réunir hier pour trancher une bonne fois pour toutes.

Mais bon voilà, les centristes flamands se sont peut-être ; dit que rien ne presse, on est plus à un jour près et cette réunion a donc été annulée.

En attendant la perspective d’un retour aux urnes se précise de jour en jour.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK