Revue de presse : "Se faire tester relève trop souvent du parcours du combattant"

Premier constat de vos journaux : le testing reste chez nous à la traîne !

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

"Le dépistage massif, maillon faible belge de la Lutte anti-Covid"

C’est la Une du Soir.

La Belgique peine encore et toujours à organiser efficacement un testing massif de la population. Pour la Communauté scientifique, c’est pourtant indispensable. Et plusieurs universitaires ont pris leur plume, ce matin, pour signer une carte blanche que le Soir publie :

 

Contrôler l’épidémie sans un testing intensif est illusoire. A ce jour, sa mise en œuvre reste laborieuse. Et se faire tester relève encore trop souvent du parcours du combattant.

Et la carte blanche se conclut :

 

Mesdames, messieurs les ministres, il n’est plus temps de dire que l’on peut réaliser des tests, il est urgent de les faire !

 

Aussi important que les gestes barrières ou que cette bulle rétrécie.

A ce sujet, La Libre le constate en Une : La bulle des 5, cela va mettre fin aux fêtes et aux dîners entre amis.

Forcément, le fait de manger ou de boire un verre est considéré d’office comme un contact rapproché, réservé donc au membre du foyer. Et à leur bulle.

 

La fête du sacrifice, sacrifiée

L’Avenir se penche d’ailleurs sur l’une de ces fêtes qui approche pour les musulmans. La fête du sacrifice, c’est demain

Et cette fête sera cette année, un peu sacrifiée, constate le quotidien car il faudra décliner cette Aïd en mode bulle familiale.

Deux fédérations de mosquées, la Fédération flamande des mosquées marocaines. Et celle de Bruxelles a ainsi choisi de suspendre leurs activités jusqu’à la fin août.

Impossible d’organiser les prières du vendredi vu les circonstances actuelles.

 

L’effet Covid sur notre garde-robe

Coup d’œil un brin plus détendu de la part du Standaard, l’effet Covid sur notre garde-robe.

Depuis la pandémie, on est plus casual, constate le quotidien.

Visiblement, les fringues informelles, aussi, c’est contagieux !

Comment financer la relance ?

Bon, il n’y a pas que le Covid à la Une. La presse observe aussi les pistes pour financer la relance, c’est la Une de l’Echo.

Et si le fameux bas de laine des Belges pouvait servir à cela ?

Soutenir l’innovation, booster le digital, les besoins sont évalués à 200 millions, titre l’Echo. Et le gouvernement wallon veut mettre les citoyens à contribution pour financer de grands projets.

Pas question de se substituer aux pouvoirs publics. Ni d’avoir à financer le plan de relance sur la seule épargne des Wallons.

Non, mais il y aurait là, juge le quotidien une touche citoyenne pleine de sens. Un levier parmi d’autre, écrit encore l’Echo en édito.

A ce stade, il ne s’agit encore que "d’option à l’analyse". Il n’y a, à lire l’Echo pas encore de décision ferme.

 

Le rapport PS-N-VA remis au Roi

 Et puis ça aussi. La presse l'avait presque oublié.

Mais c'est aujourd'hui que Bart De Wever et Paul Magnette doivent remettre leur rapport au Roi. Ce n'est pas un grand titre de la presse, mais c'est bien l'objet de plusieurs éditos.

Celui de l'Avenir, d'abord, très justement titré " discrétion " qui constate :

Rien ne transpire de ce premier rapport au Roi.

A l'heure des réseaux et des tweets, c'est une discrétion à laquelle nous ne sommes plus guère habitués, enfin.

Même si, bien entendu il est toujours bien malaisé de prévoir ce qui ressortira de ce mariage de l'eau et du feu.

Pour la Libre, l'édito du jour prend la forme d'une mise en garde.

On entend dire que socialiste et nationaliste pour s'entendre comme larrons en foire.

Au premier, des avancées sociales.

Au second les réformes des institutions.

Fort bien, mais pas question pour la Libre de vider l'Etat fédéral de sa substance.

La crise sanitaire qui nous occupe à démontrer l'importance de placer les compétences là où elles peuvent être gérées le plus efficacement !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK