Revue de presse : savourer la victoire, malgré la douleur

Sans surprise, ce sont les Diables qui font la Une et la presse ne boude pas son plaisir !

Un match dans la tension

Alors, il y a la presse qui souligne la douleur qu’il y a eue à vaincre ce Portugal hier, et puis il y a celle qui veut surtout savourer la victoire.

La douleur d’abord, comme avec la Gazet van Antwerpen, "avec du sang, de la sueur et des larmes", même tonalité "la sueur et le labeur" pour Het Laatste Nieuws.

"Les Diables ont souffert, mais s’offrent un quart de finale contre l’Italie" en une de La Libre.

"Quelle tension !" Het Belang van Limburg.

Et puis, ces quotidiens qui ne boudent pas leur plaisir, exemple avec De Morgen, "grâce à 10 Diables intelligents et un superman", "Buon giorno Italie" pour Het Laatste Nieuws, "Phé-no-me-nal !" dit la DH.

"Le bonheur par Hazard" titre Le Soir, qui évoque un tir de génie de Thorgan Hazard.

Et c’est vrai, que c’était beau ce tir. Et mon Dieu que c’était stressant "Les secondes ressemblaient à des minutes, hier soir" dit L’Avenir "la Belgique s’est drapée de bravoure pour réussir un match référence, hier à Séville. Sortir le Portugal de Cristiano Ronaldo, champion d’Europe en titre, dans cette affiche digne d’une finale, est un message fort."

Prochaine étape donc, l’Italie "une équipe fameusement difficile à bousculer" dit encore L’Avenir. "Ce sera le quatrième quart de finale consécutif en grands tournois pour la Belgique. Il reste à espérer que les Diables rouges, plus affûtés et affamés que jamais, aillent cette fois au bout du chemin."

Abstentionnisme record en France

L’autre grand titre ce matin, ce sont les résultats des élections régionales en France.

C’est notamment l’édito du Soir, "le pire aura donc été évité." Le rassemblement National de Marine Le Pen n’a remporté aucun territoire à l’issue du second tour des élections régionales.

Mais la correspondante du Soir en France estime que cette élection, c’est malgré tout "un coup de semonce", parce qu’il a été marqué par un taux d’abstention très élevé : 65%.

"Les électeurs ne se sont pas détournés de l’extrême droite parce qu’ils ont été convaincus par les autres partis. Ils se sont abstenus massivement parce qu’ils ne croient même plus que les promesses des populistes peuvent changer leur vie."

L’abstentionnisme record interroge profondément le modèle de gouvernance. Le Soir parle de démocratie abîmée.

Une abstention record, et pourtant, ce serait trop facile "d’attribuer ce fiasco démocratique aux seuls hommes et femmes politiques".

La Libre pointe aussi la responsabilité des citoyens et citoyennes.

"Cette paresse démocratique est aussi celle d’une époque où les citoyens ne veulent même plus se déplacer pour aller voter. Et ce sont les mêmes qui seront les premiers à râler, sport national, pour critiquer les décisions que prendront demain, les élus qu’ils n’auront pas choisis." La Libre le rappelle : "être citoyen d’un pays, cela donne des droits, mais aussi des devoirs. L’un d’eux est de participer à la désignation des personnes qui seront chargées de faire fonctionner les institutions".

Le Figaro lui pointe la double sanction, Le Pen et aussi Macron : puisque le parti présidentiel est fantomatique après ce scrutin.

Ceux qui se partagent le gâteau finalement, ce sont les partis traditionnels de la droite et de la gauche. Ils se remettent en ordre de marche pour la présidentielle. C’est dans moins de 10 mois maintenant. L’élection présidentielle en France, ce sera en effet en avril 2022.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK