Revue de presse : les touristes voient rouge

Le variant Delta s'invite dans les valises pour jouer les trouble-fêtes et fait la Une de nombreux quotidiens ce matin.

Une première fausse note pour le tube de l’été des libertés

L’Espagne qui passe au rouge et avec elle, ce sont des milliers de touristes qui virent au rouge.

La faute à qui ? Au variant Delta. Il s’invite en vacances titre le Soir.

Et pas qu’en Espagne, le Portugal est aussi concerné. Sudpresse recommande d’être prudentC’est donc le premier gros changement de couleurs de l’été analyse le Soir.

Une première fausse note pour le tube de l’été des libertés, mais sans conséquences pour l’instant précise le soir.

Les autorités belges ne modifient pas les recommandations envers les vacanciers qui se rendent dans ces zones. Quid du retour ? On le saura dimanche explique le journal, c’est ce jour-là que la Belgique adaptera sa stratégie envers ces pays qui virent au rouge.

Le Coronabus à la rescousse

Ceci dit, des vacanciers sur place rentrent en urgence. Des groupes de jeunes ont été infectés ces derniers jours sur la Costa Brava.

Les organisateurs du voyage rapatrient donc en urgence tous les jeunes partis en Espagne. 122 sont déjà prêts pour 16 heures à bord du Coronabus titrent la Gazet Van Antwerpen et le Nieuwsblad.

1300 km dans des cars affrétés pour l’occasion explique le quotidien et une fois en Belgique, directement à l’isolement ajoute le Nieuwsblad.

Ces jeunes sont contaminés mais ils ne sont pas vraiment malades rassure la responsable du groupe dans le journal flamand.

Au total, selon les quotidiens flamands, 600 jeunes vont rentrer en Belgique dans les prochaines heures et prochains jours.

Et les organisateurs de ces voyages ont décidé de tout suspendre le risque est trop élevé.

Des JO à huis clos

Et ce variant Delta, à l’origine de cette situation, a aussi ses tickets pour les prochains JO. Un variant qui sera bien seul en tribune.

Sa présence a refroidi les autorités japonaises qui décrètent l’état d’urgence, les JO se sera à huis clos résume l’Echo : sans public.

Il faut dire que le gouvernement japonais est inquiet. Le virus reprend du service dans tout le pays et à Tokyo, les autorités sanitaires ont recensé 896 nouveaux cas en 24 heures presque autant que le pic du mois de mai.

A ce rythme précise le quotidien, la capitale japonaise pourrait enregistrer 2000 contaminations par jour en août. Voilà qui plombe ces JO avant même leur commencement, hier était "une sombre journée pour Tokyo 2020" titre la Libre.

Une décision crève-cœur pour le gouverneur de Tokyo précise le quotidien. Une décision soutenue par le comité olympique. Une décision qui n’arrange pas les athlètes poursuit le journal.

Des JO sans supporters, ce n’est pas pareil, ce n’est plus tout à fait les JO écrit le quotidien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK