Revue de presse : les relations se crispent entre l'Europe et la Hongrie sur les droits des homosexuels

A la Une, du foot, encore du foot, mais aussi les tensions entre l'Europe et la Hongrie qui ne cessent de grandir.

 

Duel au sommet dimanche

"Ce sera Belgique - Portugal", titre le Soir, le Portugal de Cristiano Ronaldo.

Finalement, c'est assez logique, à lire le titre de la Libre, pour rêver du trophée, il faudra dimanche battre son détenteur. 

C'est Ronaldo qui fait  la Une de vos journaux. Enfin, pas lui, tout seul, pour l'Avenir, ce sera un duel Ronaldo-Lukaku.

On aurait pu dire Romelu-Cristiano, mais peu importe. Ce duel promet écrit l'Avenir, promet d'être haut en couleur.

Et justement, des couleurs, et du foot, il y en a encore beaucoup ce matin. Le Nieuwsblad par exemple, mélange les deux pour sa Une, et lance "à dimanche", à Cristiano et afficheles bandes de l'arc-en-ciel couleur de la communauté  homosexuelle et transgenre et ce n'est pas tout, le titre de Une du Nieuwsblad : "il est temps de montrer la couleur".

 

Tensions entre l'Europe et la Hongrie

Dans chacune de ces bandes de l'arc-en-ciel, un ou une journaliste de la rédaction du Nieuwsblad évoque ses relations et surtout regrette le manque de courage de l'UEFA, dans toutes cette affaire.

Justement, l'UEFA elle est encore largement évoquée par la presse, notamment cette image d'un spectateur qui brandit le drapeau arc en ciel face aux joueurs Hongrois juste avant leur rencontre contre l'Allemagne.

Le titre de l'Echo : "l'Europe et la Hongrie s'écharpent sur les droits des homosexuels".

Et les deux risquent encore de s'écharper un moment. La législation hongroise visant les communautés homosexuels et transgenre, cette loi devrait être évoquée au sommet européen de ce jour, dit l'Echo.

 

 

Le doute vaccinal s'estompe

En Une, encore, la presse s'intéresse à la manière de convaincre ceux qui hésitent à se faire vacciner. Comment vaincre les doutes ? Ni avec une carotte ni avec un bâton.

Pour convaincre les sceptiques, écrit ce matin le Morgen en Une, mieux vaut des informations ciblées que des arguments ou des récompenses.

C'est ce qui ressort du baromètres de motivation établi par 3 universités, celle de Gand, de l'ULB et de l'UCLouvain. Par contre, en allant sur le terrain de la discussion, ou en avançant des faits, un professionnel de la santé, un médecin ou un pharmacien peut faire évoluer cette décision.

Mais pourquoi donc, chercher encore à vacciner les sceptiques, demande le Morgen, n'a-t-on pas atteint le seuil des 70% de la population protégée ?

Si, si, mais la virulence des nouveaux variants a fait évoluer le seuil de l'immunité collective et c'est pourquoi - dit le Morgen, nous aurons sans doute besoin des sceptiques pour atteindre les 85 à 90% de population vaccinée.

Du reste, et ça c'est le Standaard qui insiste sur ce point, du reste, les doutes, quant à la vaccination commencent à se dissiper, écrit le vaccin.

Là où, au début de la campagne de vaccination certains hésitaient, 4 sur 5 ont finalement accepté de se faire vacciner. La tendance en Flandre est assez claire, le doute vaccinal s'estompe. 

Pareil, en Wallonie, ou selon les chiffres de la mutualité Solidaris, la proportion de sceptique est passé de 28%, en janvier ça fait presque un personne sur 3 à 8% ce mois-ci 8/100, ça fait une personne sur environ 12.

 

Réécoutez la revue de presse de Matin Première

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK