Revue de presse : " Les premiers effets de la campagne en Israël donnent de l’espoir "

Les quotidiens sont très dispersés dans leurs commentaires, ça part un peu dans tous les sens.

 

Faux départ dans la campagne de vaccination

 

Lundi, le premier centre de vaccination de Flandre ouvrira ses portes à Beringen. Et on va y administre la semaine prochaine, 100 doses du vaccin AstraZeneca !

100 doses pour vacciner les médecins généralistes, les pharmaciens, les aides à domicile et autres dentistes, qui sont prioritaires.

D’autres centres vont ouvrir dans le courant de la semaine, une centaine au total, mais ils ne seront pas beaucoup plus fournis en vaccins, se désole Het Laatste Nieuws. La plupart devront se contenter eux aussi de 100 doses, 400 maximum pour les plus grands centres.

Pourtant il y a plus de 60 mille vaccins AstraZeneca disponibles.

Alors pourquoi un démarrage si lent ?

Les autorités expliquent qu’il faut une période de rodage, d’essais erreur. Et puis, qu’il faut compter deux semaines entre l’envoi de la lettre de convocation et la vaccination.

Une phase pilote, mais la semaine suivante, ce sera à peine mieux. Les centres devraient recevoir 200 doses. Ce qui fait dire au Morgen qu’on est bien loin de la vaccination de masse. Le quotidien parle plutôt de "coup d’envoi symbolique".

Het Nieuwsblad aussi se pose des questions sur cette lenteur. Pourquoi conserver des doses au frigo quand on pourrait les administrer ? Pourquoi attendre, alors qu’une première injection réduit déjà les risques d’hospitalisation ? "Des questions légitimes", dit le quotidien, "pas pour le plaisir de critiquer". Het Nieuwsblad estime que

Plus aucun citoyen ne comprend aujourd’hui la stratégie vaccinale.

L’espoir israélien

 

La vaccination qui va doucement chez nous ce n’est pas le cas en Israël, où la campagne est menée tambour battant, avec des premiers résultats encourageants.

Les premiers effets de la campagne en Israël donnent de l’espoir : la vaccination fonctionne.

C’est le titre en une du Standaard.

Israël est en avance sur le reste du monde, avec un quart de la population vaccinée. Et parmi les plus de 60 ans, on arrive à 77% de personnes qui ont reçu leurs deux doses.

Quelques semaines après le début de la campagne de vaccination, les scientifiques observent que oui, la tendance s’inverse. Oui, la vaccination a bien les effets espérés.

Les premiers résultats permettent également d’espérer que le variant britannique, plus contagieux, sera contenu.

Il faut savoir qu'"en Israël, plus de 80% des infections sont des formes britanniques du virus".

Autre donnée intéressante : une étude menée sur près de 3000 personnes montre que le vaccin Pfizer réduit la contagiosité. C’est-à-dire qu’une personne infectée par le virus après sa vaccination présente une charge virale 3 à 5 fois inférieure à celles non vaccinées. C’est aussi un bon signe, parce que cela diminue le risque d’infecter les autres. Même si précise le quotidien,

On ne sait pas encore si ce sera suffisant pour obtenir une immunité collective.

 

9 membres des Schield en vrienden traduits devant les tribunaux

 

Il y a un autre dossier que commente la presse, c’est le sort qui sera réservé au groupe d’extrême-droite Schild en Vrienden, dossier à la une du Morgen.

Ce mouvement de jeunesse d’extrême-droite était dans le collimateur de la justice depuis la diffusion d’un reportage de la VRT, en 2018. On y découvrait des messages échangés sur des groupes privés, à caractère sexiste, antisémite, raciste, violent. Les enquêteurs ont travaillé depuis sur ce dossier.

Conclusion : le parquet demande que neuf membres des Schild en Vrienden soient traduits devant les tribunaux.

Pour racisme, négationnisme, et appel à la violence. Entre autres. Et parmi ces neuf jeunes, presque tous liés au Vlaams Belang, on trouve le fondateur de Schield en Vrienden, Dries Van Langenhove, député Vlaams Belang.

Pour de Morgen, cette affaire prouve que le problème du racisme au sein du Vlaams Belang est structurel, et pas accidentel. Les propos antisémites montrent que certains continuent à se réclamer de l’idéologie nazie. Ce qui est en porte-à-faux avec la stratégie de communication du parti. Le quotidien rappelle les liens qui unissent le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, à Dries Van Langenhoven et ses amis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK