Revue de presse : les bars sont-ils des foyers de contaminations ? Des clusters ?

La presse pointe Bruxelles du doigt.

4 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Bruxelles qui a enfin pris des mesures. Bruxelles qui a trop tardé, qui a laissé filer l’épidémie, alors que les indicateurs étaient inquiétants depuis des semaines. C’est l’avis du Nieuwsblad ce matin.

La capitale se classe désormais au deuxième rang des plus contaminées, après Madrid.

"La situation devenait incontrôlable", dit le quotidien flamand, qui estime que Bruxelles a longtemps été dans le déni.

Bruxelles, une région laxiste ?

Et c’est un peu comme si elle voulait répondre à son confrère du Nieuwsblad, l’éditorialiste du Soir dit justement ceci :

"Les accusations de négligence n’aideront pas à régler le problème : nous ne sortirons de cette histoire qu’en restant solidaires".

On est tous dans la même galère, il n’y a pas de pestiférés dans cette histoire.

Cette fois, c’est Bruxelles qui est dans le viseur. Mais durant les semaines qui ont précédé, c’est Anvers qui a connu une contamination record. "Personne n’est épargné".

Alors si "certains en Flandre pointent Bruxelles qui aurait pris les bonnes décisions trop tard, les Bruxellois désignent eux le dernier Conseil national de sécurité qui a élargi les bulles et supprimé l’obligation du port du masque que la capitale avait très prudemment imposé".

S’accuser l’un l’autre ne mène à rien. Il faut au contraire faire front, échanger les bonnes pratiques entre autorités politiques, à tous les niveaux de pouvoir.

En quoi les cafés sont-ils des foyers de contamination ?

Alors, on le sait la Région Bruxelloise a décidé de fermer tous les bars et café dès aujourd’hui. C’est une mesure qui fait mal. Et la presse s’interroge aussi sur cette décision.

Il y a cette question : est-ce que les cafés sont vraiment des foyers de contamination ?

Pour De Morgen, c’est peut-être le cas. En tout cas le ministre de la santé, Frank Vandenbroucke l’a affirmé quand il justifiait la fermeture des bars et cafés du pays à 23 heures.

Mais est-ce que c’est exact ?

C’est vrai que si beaucoup de gens se réunissent dans les bars, avec un peu d’alcool dans le sang, les fêtards auront tendance à interpréter les règles avec plus de souplesse. Mais quand on demande des chiffres, la réponse est que ce n’est pas si simple. Les données montrent que des personnes contaminées ont fréquenté des bars. Mais c’est beaucoup plus difficile d’établir qu’un client aurait été contaminé dans un établissement. Une analyse plus fine des données est en cours, mais il est probable qu’elle n’aboutira pas à une réponse univoque.

Et De Morgen souligne une autre incohérence : toutes ces données qu’on a laissées dans les bars bruxellois, nos coordonnées. Eh bien, on n’en a rien fait. On nous dit que les bars sont un foyer de contamination, mais dans le même temps, le système de traçage n’a pas utilisé ces données pour rechercher des contacts.

Alors les bars sont-ils des foyers de contaminations ? Des clusters ?

La réponse est : peut-être. Et ça du point de vue des patrons de café, c’est une réponse difficile à avaler.

 

20% des Belges seraient contre l’idée de se faire vacciner contre le covid 19

On sait que l’un des espoirs pour aider à sortir de la crise, c’est ce fameux vaccin, très attendu. Mais visiblement, tous les Belges n’en veulent pas.

Un récent sondage montre que 20% des Belges seraient contre l’idée de se faire vacciner contre le covid 19.

20% c’est énorme dit Sudpresse, qui s’offusque.

20% alors que ce vaccin serait le seul moyen de se prémunir.

Pour les journaux du groupe, ce sondage "nous montre de manière très inquiétante à quel point certaines théories complotistes gagnent du terrain dans notre société où la confiance envers les dirigeants s’est totalement délitée. N’oublions jamais que c’est grâce à la vaccination que l’on a éradiquée des maladies comme la variole et la polio. Et que nos enfants ne meurent plus de la coqueluche. Mais ces faits passent désormais loin derrière la méfiance généralisée."

Sudpresse qui rappelle ces propos de nos nouveaux ministres, qui disaient vouloir restaurer la confiance avec la population. Ils ne croyaient pas si bien dire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK