Revue de presse : le vaccin Johnson & Johnson mis sur pause

En Une de la presse, la bataille des terrasses et dans le frigo le vaccin Johnson & Johnson !

L’HoReCa nerf de la guerre

" La bataille des terrasses " c’est le titre du Soir et c’est le grand point d’interrogation de ce mercredi.

Qu’est-ce que le CODECO, le comité de concertation va décider pour l’HoReCa ?

Le secteur, fermé depuis octobre dernier ne cache pas sa colère. Mais le secteur, les bars, les restaurants risquent de devoir encore patienter, note la Libre, en Une.

Des assouplissements sont bien prévus mais il concernerait les commerces, les métiers de contacts et les voyages.

Le 1er mai la date de tous les espoirs

Alors une date semble cristalliser toute cette question.

C’est le 1er mai, forcément, "nous ouvrirons le 1er mai", dit la Dernière Heure en portant la voix des restaurateurs révoltés.

L’Avenir, lui, constate que le début du mois prochain sera véritablement le point de rupture. Le moment où ces fameuses digues que l’on évoque depuis un moment, le moment où elles craqueront.

Bon, et quelle date alors ? Pour la fête des mères, propose le Laatste Nieuws comme il y a eu les coiffeurs à la saint Valentin.

 

Le vaccin américain sur pause

L’autre grande actualité covid, ce sont les problèmes que rencontre le vaccin Johnson & Johnson. Pour l’instant, il ne quittera pas le frigo.

Par précaution, l’entreprise appuie sur pause, dit le Standaard Johnson et Johnson reporte le déploiement de son vaccin en Europe, après que les Etats Unis aient annoncé qu’ils suspendaient temporairement son utilisation.

En cause, une fois de plus des caillots sanguins.

Sur près de 7 millions de personnes vaccinées, 6 femmes entre 18 et 48 ans ont développé ces caillots au cerveau.

Et cela s’est produit entre 6 et 13 jours après l’administration du vaccin. C’est un coup dur, estime le Standaard. 55 millions de doses de ce vaccin sont attendues en Europe.

La Belgique avait déjà prévu une livraison de 100.000 doses, pour ce mois d’avril. Le vaccin de Johnson & Johnson fonctionne comme celui d’AstraZeneca. C’est d’ailleurs aussi le cas du vaccin russe Spoutnik et du chinois CanSino.

Il fonctionne donc sur base d’un adénovirus inactivé. L’immunologue Michel Goldman explique cela et on comprend donc, entre les lignes que la trajectoire de ce vaccin pourrait être grosso modo la même que celle d’AstraZeneca.

Ruée vers les Ardennes

La presse jette aussi un coup d’œil sur la situation de l’immobilier avec une région en particulier : l’Ardenne.

L’Ardenne où il y a toujours plus de propriétaires flamands, constate l’Echo en Une. Les Flamands qui se ruent sur les secondes résidences.

Ce n’est pas la première vague du genre, mais la dernière fois, c’était il y a 25 ans, explique l’Echo.

L’effet direct c’est que dans la zone concernée, les prix augmentent. Le trio de tête des communes les plus prisées par ces acheteurs ? Rendeux, La Roche et Vresse sur Semois.

Et puis, si vous voulez vraiment savoir pourquoi les Flamands achètent au Sud, le Standaard avoue tout en Une ce matin. Là, les gens sont plus amicaux " En alles is "à l’aise" ". Le titre, tout trouvé de l’article du Standaard ? "L’offensive flamande des Ardennes".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK