Revue de presse : "Le touriste, persona non grata à la Côte"

Ce lundi matin, les journaux reviennent sur les évènements qui se sont produits ce week-end à la Côte belge.

 

8 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La côte se barricade contre les touristes

Une dizaine de policiers, voire plus, les pieds dans le sable, patrouillant ou en rang, attentif au moindre débordement.

Ces images sont un peu partout ce matin, soit en Une, soit dans les premières pages des journaux.

C’est le cas dans le journal Le Soir qui titre ce matin :

Les Esprits s’échauffent à la Côtes

Une côte qui s’est donc barricadée en 24 heures poursuit le Soir.

Le quotidien revient donc sur cette bagarre survenue samedi à Blankenberge et sur la décision d’interdire les touristes d’un jour, décision prise par plusieurs communes du littoral hier.

Même image, même constat fait ce matin en Une de l’Avenir : avec aussi une image de policier qui patrouille sur la digue et ce titre :

Coup de chaleur à la Côte

De la chaleur au niveau des températures mais aussi dans les esprits de certains.

Une côte qui s’est fermée comme une huître peut-on lire ce matin.

Des policiers, les pieds dans le sable qui surveillent : c’est également la Une de la DH, avec ces mots :

Les touristes d’un jour sont désormais indésirables à la côte. Ce sont les dégâts collatéraux de la bataille de Blankenberge.

Du côté des journaux du groupe Sudpresse on parle carrément de traque aux touristes d’un jour qui continue.

Du côté de la Libre : c’est la photo d’une plage bondée qui domine la Une.

Et ce titre : D’Ostende à Knokke, un week-end sous haute tension à la Côte. La côte est débordée par l’afflux de touristes d’un jour poursuit le quotidien.

Une promiscuité qui peut être un facteur de propagation du coronavirus rappelle la Libre.

La SNCB versus les bourgmestres

Enfin, la presse flamande revient également sur les évènements survenus ce week-end.

Et un constat est fait que ce soit dans le Standaard ou dans le Morgen : le constat que les bourgmestres et la SNCB sont à nouveau dos à dos, ils se pointent du doigt et ne s’entendent pas. D’un côté, les bourgmestres qui veulent limiter voire interdire les trains amenant du monde sur leur plage, et de l’autre la SNCB qui rappelle que c’est au gouvernement de prendre cette décision.

Remco Evenepoel et de Wout Van Aert, triomphants et sans limite

Deux visages sont aussi en Une des journaux ce matin

 

 

Ceux de deux cyclistes belges au sommet : il s'agit des visages de Remco Evenepoel et de Wout Van Aert.

8 images
© Tous droits réservés

Wout Van Aert souvent les bras vers le ciel au moment de sa victoire lors de la course Milan San Remo.

8 images
© Tous droits réservés

Remco Evenepoel, avec son dossard en main lors du passage de la ligne d’arrivée du tour de Pologne en main.

Van Aert et Evenepoel, deux phénomènes belges titre le Soir.

Les nouveaux cannibales du cyclisme belge pour la Libre, qui fait un clin d’œil à Eddy Merckx.

Des patrons du cyclisme pour la DH que rien n’arrête ajoutent Sudpresse.

8 images
© Tous droits réservés

Du côté du Standaard : on se pose cette question après cette double victoire belge : Où se trouvent les limites de Van Aert et Evenepoel ?

Dans Libre, Wout Van Aert répond : qu'il n'en sait rien.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK