Revue de presse : le temps du déconfinement semble arrivé

Cette fois, plus encore que toutes les autres fois, l’envie de déconfiner est à la Une.

Déconfiner, entre prudence et impatience

Pression maximale pour entamer le déconfinement et pour le démontrer le quotidien fait la liste :

  • l’appel du secteur culturel,
  • l’affluence à la côte,
  • le monde dans les parcs,
  • les déclarations du politique et même d’experts

Le quotidien l’affirme, le temps du déconfinement semble arrivé, mais cela reste à voir. Les chiffres et les statistiques  recommandent toujours la prudence.

Et à la Une de l’Avenir, il y a cette déclaration qui douche largement les espoirs :

pas d’assouplissement avant 3 semaines.

C’est en tout cas l’opinion du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

Avec les libéraux qui montent au créneau, la semaine politique va être longue et tendue, écrit l’Avenir. N’empêche c’est vrai, le grand monde qui a pris d’assaut les parcs et les rues, c’est impressionnant à voir. Le beau temps, ça veut dire, on sort, tous ensemble, prendre l’air.

 

L’Etat belge attaqué en Justice

Justement, au sujet de toutes les règles qui sont imposées, le texte est attaqué en Justice par la Ligue des Droits Humains qui a intenté une action contre l’Etat Belge.

En cause, les nombreux arrêtés ministériels auraient été pris sans base légale, sans base constitutionnelle. La Ligue qui estime qu’il est temps que le parlement reprenne son rôle.

Cela a déjà été expliqué, mais la Ligue et donc la Libre aussi le répète, la question n’est pas de remettre en cause les règles, en tant que telle, c’est la manière d’adopter les décisions qui ne va pas.

Il faut respecter les droits fondamentaux des citoyens.

 

Et justement, eux aussi réclament le respect de leurs droits.

Les organisations de jeunesse demandent, pas le déconfinement complet, non. Mais ils demandent un peu de souplesse, un peu d’activité parascolaire, en plus, former des groupes, un peu plus nombreux qu’à 4.

Maintenant, disent ces jeunes, c’est notre tour, vraiment notre tour. "

Toujours plus de voitures de société

Un constat aussi en Une de la presse et qui peut étonner : malgré le confinement, il y a de plus en plus de voitures de société.

Même en lockdown, le nombre de voiture de société est à la hausse c’est le Titre en Une du Standaard.

 

1 salarié sur 5 possède une voiture de fonction. C’est 5% de plus qu’en 2019.

C’est un quart de plus qu’il y a 5 ans et même malgré le Covid, et surtout, malgré le télétravail, ce chiffre a continué à grimper.

Ce qui fait dire au Standaard que la voiture est un moyen de transport, mais c’est surtout un élément de rémunération. Il y a longtemps que le lien entre le travail et la nécessité d’avoir un véhicule, il y a longtemps que ce lien s’est estompé. Sur 690. 000 voitures de fonction, 480. 000 sont des voitures salaires sans lien avec l’usage professionnel du véhicule.

Le hic, en tous les cas, ce que le Standaard souligne comme un problème, c’est que ces voitures de fonction parcourent en moyenne deux fois plus de kilomètre que les autres.

En fait, elles ne roulent pas toute seule, ce sont leurs propriétaires qui roulent deux fois plus avec la voiture estampillée "boulot". Donc plus de pollution, donc plus de congestion du trafic. Pour le Standaard, c’est le coût social des voitures de salaire.

Il est lourd ce coût, environ 905 millions d’euros, dit le quotidien, chiffre de 2016, estimé par le Bureau fédéral du plan.

 

Réécouter la revue de presse de Matin Première

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK