Revue de presse : Le retour de la Vivaldi, la coalition pour contourner la N-VA

A la Une, ce matin, la proposition du Commissaire royale pour former un gouvernement sans la N-VA.

4 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La Vivaldi, la coalition par défaut

Le retour de Vivaldi, c’est le nom de cette formation libéraux, socialistes, vert et CD&V, pour le dire plus vite, et comme l’écrit l’Echo :

Un gouvernement sans la N-VA.

Il faut dire, précise l’Echo, que depuis un moment, les relations sont glaciales entre libéraux et nationalistes flamands.

Hier, c’est sur Twitter que Bart De Wever, pour la N-VA et Georges Louis Bouchez, pour le MR, se sont encore écharpés.

En attendant, ce vendredi, aujourd’hui donc, Egbert Lachaert le commissaire royal, doit se rendre chez le Roi. Avec cette proposition sous le bras.

Mais, pas très optimiste, le Soir met en garde. Ne nous emballons pas.

Les discussions, en coulisse sont loin d’être terminées. Il faudra encore un peu de temps pour mettre tout ça en musique.

Et si Vivaldi doit un jour se faire entendre, ce ne sera jamais qu’une coalition par défaut.

Car oui, ça fait maintenant très longtemps qu’on a voté et ce n’est pas comme si les partenaires politiques s’étaient tombés dans les bras dès le lendemain du vote.

Le vrai but de cette Vivaldi serait surtout

de contourner la N-VA.

Tous contre un, ça peut être défendable cette motivation, mais ça comporte un gros défaut : à 7 ou 8 aux commandes.

C’est un peu tout le monde dedans, à l’exception de la N-VA, du Belang et du PTB.

De quoi promettre, aux parlements, une opposition disons musclée.

Eviter à tout prix de fermer les écoles

A la Une de l’Avenir, le nouveau protocole sanitaire dans les Ecoles.

 

Fermer des classes, oui, mais les écoles, ça, non !

C’est le protocole prévu pour cette rentrée, éviter au maximum d’avoir à fermer tout un établissement.

En cas de test positif dans une classe, l’élève en question sera mis en quarantaine, un écartement de 7 jours, en fait.

Si un deuxième cas se présente, la classe alors devra être fermée.

Gros soupir du quotidien qui l’admet, ce n’est jamais une partie de plaisir de retourner à l’école, mais cette année, les cartables seront encore un plus dur à porter.

Entre les distances à maintenir et les masques à porter, il y a de quoi être dégoûté de la récré. Alors que l’école devrait, doit être un espace de liberté, un lieu où les enfants peuvent s’ouvrir au monde, explorer…

Ouvrons les portes, lance l’Avenir, pour que l’école ose se réinventer en septembre.

Autant d’experts que de Belges

La controverse autour des experts ne s’éteint pas.

Pourtant ce matin, certains plaident pour qu’on retrouve un peu de raison.

Des avis sur comment bien gérer le virus, il y en a sans doute autant que d’il y a de Belges.

 

Chacun croit toujours mieux savoir que son voisin.

Petit souci, nous avons fait, ces derniers mois, la connaissance de beaucoup, beaucoup, beaucoup d’experts.

En réalité, c’est au politique de trancher. C’est à lui. A eux d’endosser les choix et surtout de les assumer.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK