Revue de presse : le poisson d’avril qui dégénère

Et à la Une de la presse, ce matin ce rassemblement du bois de la Cambre, à Bruxelles qui a dégénéré, hier, en affrontement avec les forces de l’Ordre.

Un mot : dégénérer

Ce devait être une boum ou mieux un canular de 1er avril.

Mais la presse n’a qu’un verbe pour décrire ce qui s’est produit hier, la situation a dégénéré.

Le canular a viré au combat, constate la Dernière Heure. En bataille rangée entre force de l’Ordre et jeunes gens réunis sur place.

Ceci n’est pas une boum, titre l’Avenir et surtout, ceci était écrit, ajoute le Soir. Le scénario était en quelque sorte cousu de fil blanc.

Puisque le Soir brosse le tableau en quelques mots. Il fait beau. Les cours sont suspendus. Le ras-le-bol est général.

Il était donc écrit que la boum convoquée hier au Bois de la Cambre allait attirer du monde. Et cela a tellement eu lieu que Covid oblige, la police a dû évacuer le site.

Bilan des arrestations, le Soir en dénombre 22 et des dizaines de blessés.

Se réunir sans masque, nouveau signe de la contestation ?

Au départ, c’était une blague, un poisson d’avril, een "aprilgrap" titre le Laatste Nieuws.

Un rassemblement organisé en somme pour s’amuser, faire la fête et oublier les règles covid.

Mais c’est surtout de ce ras-le-bol général que parle ce matin la presse dans ces éditos. Le Standaard s’attarde sur ces images que notre pays renvoie ces derniers jours.

Des dizaines de policiers antiémeutes, casqués une autopompe et des chevaux pour faire face à des adolescents et des vingtenaires rieurs dans un arc boisé de la Capitale.

Gaz poivré contre canette de bière.

Parce que soudain, se réunir sans masque est considéré comme un soulèvement populaire.

Bien sûr, la météo maussade, le vent du nord va venir jeter un froid sur cet emballement, mais attention, prévient le Standaard, le soleil revient et les autorités se retrouveront à nouveau face à cette difficile question.

 

L’illégalité des mesures, moteur de "la boum" ?

Comment octroyer de la liberté au citoyen quand tout se referme ?

La presse rapproche aussi les évènements du Bois de la Cambre de la décision en Justice d’annuler les mesures covid, le Soir établit ce lien.

Parce qu’évidemment, ce jugement vient compliquer la tâche des autorités.

Parce que la décision force le gouvernement à se trouver plus de légitimité encore.

Et que la situation, les débordements autour d’une blague qui tourne mal, viennent nous démontrer encore combien cela devient essentiel.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK