Revue de presse : le "fossé" vaccinal entre la Flandre et les autres Régions

La différence de vaccination entre les Régions s’agrandit à tel point que côté flamand, la campagne de vaccination touche à sa fin.

 

Neuf adultes sur dix ont déjà reçu une première dose, titre la Gazet Van Antwerpen. 90% de la population majeure donc. En Wallonie et à Bruxelles, ce pourcentage est moins élevé. 78% pour les Wallons. 61% seulement pour les habitants de la capitale. "Ce n’est plus une différence de chiffre, c’est un fossé", écrit Het Nieuwsblad, qui rapporte en Une, la déclaration du ministre-président Flamand Jan Jambon :

Les règles devraient être plus souples, en Flandre, que dans le reste du pays.

Jambon suivi par le virologue Marc Van Ranst :

Il faut envisager la possibilité d’avoir des mesures différentes suivant les régions. On ne peut laisser Bruxelles freiner tout le pays

Déclaration que le virologue tempère aussitôt : "Bien sûr, la mise en œuvre de mesures corona différentes selon les régions n’est pas simple. Si l’on ouvre les discothèques en Flandre et pas à Bruxelles, Les Bruxelles viendront danser à Vilvoorde", dit-il.

A noter, et c’est ce qu’explique Het Laatste Nieuws, que le prochain comité de concertation aura lieu fin août. D’ici là, les chiffres évolueront donc encore.

Et puis, pour ce qui est de danser, à une fête de mariage, par exemple, le quotidien espère que la mesure sera autorisée en septembre.

Les inondations : « à qui la faute ? »

C’est une vaste enquête que propose le quotidien Le Soir.

Huit pages pour reconstituer les trois jours qui ont vu la région liégeoise dévastée par les inondations. L’enquête s’appuie sur les questions qu’a soulevées la catastrophe.

Les pluies étaient-elles vraiment exceptionnelles ?

Les prévisions météo se sont-elles trompées ?

A-t-on trop traîné pour évacuer les riverains ?

Enfin, y a-t-il eu une erreur dans la gestion des barrages ?

Les points d’interrogations sont nombreux. Et les réponses forcément pas si simples que cela à trouver.

En attendant, pour De Morgen, et c’est en Une aussi, la crue de la Vesdre n’était pas une catastrophe naturelle.

Un historien de l’environnement insiste :

Dire catastrophe naturelle, c’est faire comme si l’homme n’avait rien à voir avec la situation. Or ici, on l’a déjà lu, les extrêmes précipitations sont liées au changement du climat

La particularité de cet article est aussi de pointer combien ces régions souffrent aujourd’hui de leur héritage industriel. Et de la transformation du paysage provoqué alors.

"La plus importante décision du FMI ", le Fonds monétaire international

"Mesure Bazooka. Décision historique", écrit le Standaard.

A savoir injecter 650 milliards de dollars dans l’économie mondiale.

Cet argent frais est destiné aux pays les plus pauvres.

Mais qui paye exactement, se demande encore le quotidien ?

Le mécanisme est celui des droits de tirage spéciaux. Des droits que les Banques nationales de chaque pays peuvent échanger contre de l’argent liquide. "En fait, dit le Standaard, cela revient à octroyer un prêt à un taux proche de zéro. Sauf qu’il s’agit d’un prêt sans terme. Et qu’il n’est pas ajouté aux taux d’endettement."

Précision apportée encore par le Tijd : la Belgique, si elle décidait d’utiliser ces droits de tirages recevrait une valeur équivalente à 7 milliards 4 mais le bénéfice concret de l’opération reste limité.

L’argent ne peut pas servir à payer des dépenses publiques ni à réduire le déficit budgétaire.

 

Très gros montant, encore. A lire à la Une de L’Echo :

Le fisc réclame 380 millions à Delhaize.

Plus précisément, c’est le groupe néerlandais Ahold Delhaize qui est visé. Il n’aurait pas payé les taxes lors de l’absorption des magasins américains détenus alors par la filiale belge. Il faut suivre parce que c’est un dossier où on voyage pas mal, mais en réalité l’argument du fisc belge est très simple. En rachetant en interne ces magasins, Ahold n’a pas payé assez. Suite au prochain épisode fiscal.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK