Revue de presse : le fédéral sera-t-il à la hauteur des promesses faites après les inondations ?

Un appel à la solidarité fédéral est à la Une de la presse, le PS demande 600 millions pour la reconstruction.

 

Le fédéral appelé en renfort pour la reconstruction post-inondations

C’est la Une du Soir, le secrétaire d’Etat à la relance, Thomas Dermine, va déposer ce matin cette demande sur la table du gouvernement fédéral.

Cette demande permettra de financer en partie la reconstruction des infrastructures détruites ou endommagées par les inondations. On parle, ici, des voies de communication détruites par les eaux, des réseaux d’énergie dévastés, des écoles etc, etc.

La même demande est répercutée en Une du Standaard qui le précise bien : l’argent fédéral ne servirait pas à restaurer des habitations ou à payer des aides, mais bien précisément à réparer ou remplacer des infrastructures cruciales, des éléments, en somme, d’importance nationale, déclare Thomas Dermine.

L’idée, pour payer ces infrastructures, est de diviser leur prix en deux. Pour chaque euro dépensé par les régions, le fédéral mettrait également un euro.

On parle des " régions", mais puisqu’il s’agit des inondations de l’été, c’est évidemment surtout la Région Wallonne qui est concernée.

Reste à voir conclut le Soir ce qu’en diront les partis du gouvernement fédéral.

Dans un second article, consacré plus largement aux dépenses fédérales, le Standaard note qu’il serait difficilement imaginable que le fédéral ne fasse rien.

Au cours de l’été, de grandes déclarations de solidarité ont été lancées, le gouvernement ne peut donc que proposer un montant sérieux. L’essentiel sera d’en connaître la hauteur.

La crainte de ne pas toucher de pension s’agrandit

En Une, aussi, le grand baromètre, ce sondage qui se penche sur l’opinion des Belges et principalement, leur avis au sujet de la pension.

Deux sondés sur trois craignent de ne pas toucher une pension décente.

La crainte, explique le Laatste Nieuws est plus forte chez les femmes que chez les hommes. Et plus forte aussi, en Wallonie, qu’en Flandre.

Sonder aussi sur l’âge de la fin de carrière, les Belges pensent pouvoir faire face à leur travail jusqu’à 61 ans environ. Souvent, constate le Laatste Nieuws, nous ne nous voyons pas exercer notre métier jusqu’à 67 ans.

 

Comment gérer l’impact du prix de l’électricité ?

La Libre partage sa Une en une série de titre dont celui-ci, consacré au débat sur le prix de l’énergie : baisse de la TVA ou chèque énergie ?

Le quotidien livre l’analyse de Philippe Defeyt, économiste à l’Institut pour le Développement durable qui penche, lui,, pour le chèque énergie, une mesure ciblée, plus juste qu’une baisse de TVA, selon lui.

Ahmed Laaouej, député PS, est lui interviewé par l’Avenir, 3 mesures dit-il sont proposées par les socialistes : rabais sur les factures, poursuite de l’extension du tarif social et filet de sécurité. Soit l’obligation pour les opérateurs de justifier les raisons de leur augmentation de prix.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK