Revue de presse : le drame de Moria, une catastrophe prévisible

A la Une, ce coup d’arrêt dans la course aux vaccins, mais aussi dans la formation d’un gouvernement et la catastrophe de Moria, un drame tristement prévisible.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La course au vaccin en pause en Belgique

Le vaccin attendu par les Belges est à l’arrêt. C’est l’Avenir qui l’annonce en titre pour expliquer :

AstraZeneca a mis en pause ses essais cliniques.

Pas de chance, c’est justement le vaccin pour lequel la Belgique a déjà mis une option.

Et maintenant, se demande le Soir. Que faire ? Selon les spécialistes, il faut surtout éviter de s’inquiéter et éviter aussi de cacher quoi que ce soit.

La clef, explique le Soir, c’est de rassurer la population

Est-ce que ça vous vaccinera contre le Covid ? Non pas du tout, mais la transparence, ici, vise à éviter ce qu’on appelle "l’hésitation vaccinale."

Certains expliquent le Soir, craignent les vaccins. D’autres doutent de leur efficacité. Quelques-uns enfin sont définitivement anti-vaccin.

C’est là que la transparence doit jouer pour exposer le plus clairement possible à chacun où en est la recherche et quelle est l’efficacité, à ce stade des vaccins, toujours en test.

Le gouvernement Wilmès devrait dépasser sa date de péremption

En une du Soir, il y a aussi Sophie Wilmès, masque au visage.

Puisque les négociations fédérales vont être prolongées, le gouvernement Wilmès le sera lui aussi, prévient le Soir.

La Libre a une formule plus crue : le gouvernement Wilmès devrait dépasser sa date de péremption.

Et tant qu’on y est des appellations contrôlées, sachez encore que les socialistes flamands vont changer le nom de leur parti : fini de s’appeler s.pa, constate le Morgen, le parti sera rebaptisé Vooruit, qui signifie en avant.

Il y avait déjà en marche, en France chez Macron. Il y avait déjà la coalition Avanti.

Désormais voici qui ne tombe pas de nulle part non plus, le Laatste Nieuws le rappelle en Une. Le Vooruit, c’était à Gand, le nom d’une coopérative ouvrière, il y a 140 ans environ.

 

Le drame de Moria, une catastrophe prévisible

En Une aussi, ces images très impressionnantes de cet incendie. Il a dévasté le camp de réfugiés de Lebos.

C’est la Une de l’Echo, qui explique que des milliers de migrants se retrouvent du coup sans plus aucun abri.

Le camp de Moria est le plus grand camp de réfugié de Grèce, le plus sordide aussi. Cet incendie survient alors que ces migrants étaient entassés là dans des conditions sanitaires catastrophiques.

Le drame de Moria, pour le Standaard, il remonte bien avant l’incendie survenu hier. Cela fait 5 ans que la situation sur l’île de Lesbos est une catastrophe prévisible, écrit le quotidien, une bombe à retardement.

Petit miracle dans cette situation chaotique, il n’y aurait pas, pour ce qu’on en sait, de victime. Mais les 13.000 réfugiés et migrants y compris des enfants, des femmes se retrouvent désormais sans toit, forcés de camper aux alentours du camp.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK