Revue de presse : Le Covid sème la panique dans les écoles

Ce matin, en Une, l’inquiétude des parents face aux fermetures d’écoles.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La contamination dans les écoles est faible, mais l’inquiétude des parents est grande

Pour la Libre, voir se multiplier des quarantaines c’est même la grande crainte des parents.

A ce jour, la contamination en milieu scolaire reste pourtant très faible. A peine 36 cas pour 100 mille élèves.

N’empêche, la Dernière Heure le calcule, rien qu’à Bruxelles, cela fait 900 élèves placés en quarantaine. Le Covid sème la panique dans les écoles.

Plus mathématique, le Soir compte, lui, 152 cas par jour. Et surtout, le Soir souligne l’absence de protocole clair pour organiser la fermeture des écoles. La procédure ne connaît pas de critère automatique.

Illustration avec ce titre en Une de l’Avenir, alors qu’on entend les cas de plusieurs écoles fermées à Bruxelles et ailleurs.

A Genappe, une école compte un cas adulte positif. 52 élèves en quarantaine mais l’établissement est jusqu’ici resté ouvert, explique l’Avenir.

 

Trois espions au service des Chinois ?

3 agents sont visés par les services de sécurité. Parmi eux, un ancien fonctionnaire européen. Ils sont suspectés d’avoir transmis à la Chine des infos sur les positionnements futurs de l’Union Européenne. La Chine aurait profité de ces infos pour anticiper ces décisions.

Ce qui ressemble au scénario d’un film n’est en réalité pas si rare, explique l’Avenir.

Au cours des 10 dernières années, la Chine n’a cessé d’envoyer des espions pour infiltrer les infrastructures économiques, académiques et les institutions politiques.

Petit ouf de soulagement, ce n’est pas la Belgique qui est la cible majeure, mais le rôle international de notre pays est important. C’est le siège de L’union, le siège de l’OTAN, aussi. Du coup, l’endroit est un point de chute pour, paraît-il, les espions du monde entier.

Contacté par l’Avenir, l’ancien fonctionnaire belgo britannique, 73 ans, tombe des nues et dément formellement.

 

La Vivaldi s’est engagée !

Il y aura une déclaration gouvernementale le 1er octobre.

Mais en une, L’Echo ne le cache pas, hier, à la Chambre, c’était jour de tonnerre. Le N-VA et le Vlaams Belang ont mené la tempête contre cette décision de prolonger encore un peu le gouvernement Wilmès.

Et pour le Morgen, les nuages vont encore un peu flotter au-dessus des négociateurs. L’Avenir de Vivaldi semble un peu sombre. Un peu lourd.

Peut-être répond le Soir, mais en vrai, il n’y a pas d’autre choix, pas d’autre voie. Il faut un gouvernement et vite, 7 partis, unis au centre pour un vrai projet.

Il est temps que Vivaldi fasse entendre sa mélodie !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK