Revue de presse : le bilan de santé des entreprises Belges contrasté et chahuté

La presse zoome ce matin sur la santé des entreprises du pays et le cliché est pour le moins contrasté. 

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Se diversifier pour résister

A la Une du Soir : " L'industrie belge va produire 600 millions de masques par an ".

De Ypres à Eupen et de Fleurus à Turnhout, une dizaine d'entreprises belge se sont lancées dans la confection de masques.

Pour la plupart, il s'agit d'activité de diversification. Cela signifie que l'entreprise a ajouté la production de masque au reste de ces activités. Parfois c'est encore un peu chancelant, explique le Soir, parfois c'est un franc succès.

 

 

Des licenciements sont encore à craindre

Sur le front de l’emploi, ensuite. L’Echo calcule :

50.000 emplois ont été perdus à cause de la crise en 2020.

C’est beaucoup, mais c’est moins que ce qui avait été anticipé. Il y a 2 mois, on craignait de voir 180.000 postes supprimés.

Bonne nouvelle ? Oui et non. Les entreprises continuent à avoir un chiffre d’affaires très bas, trop bas, et puis surtout l’Echo, le note une série de licenciements pourrait encore se produire d’ici l’an prochain.

La liquidation de Brantano chahutée

Du mouvement encore, dans les entreprises belges. A la Une du Tijd,

Brantano était en difficulté et un repreneur pourrait se présenter. VanHaren Schoenen est une entreprise située aux Pays-Bas et ellea annoncé qu’il allait reprendre 43 magasins, surtout en Flandre, mais sans conserver la marque.

Mais la liquidation organisée ces jours-ci a aussi le théâtre de scènes assez chahutées.

Le Laatste Nieuws raconte le manque de respect de certains clients qui se sont rués dans les magasins. Les caissières qui ont travaillé 12 heures d’affilée en se faisant parfois insulté. Et puis, le Laatste Nieuws le souligne si le repreneur annonce son intérêt pour une quarantaine de magasins, il en reste 66 pour lesquels c’est toujours l’inconnu.

Bref, sur le front économique, ça bouge vraiment beaucoup ces temps-ci.

Réduire la distanciation pour augmenter la capacité des salles

En Une des quotidiens, on parle aussi spectacle, la ministre Linard veut aménager les règles.

Changer les règles cela signifie par exemple : réduire la distanciation sociale dans les salles de spectacle et donc passer du fameux 1m50 à 1 m.

Histoire de remplir un peu mieux les salles et donc de fil en aiguille de soutenir un peu plus les artistes.

Faire revenir les supporters dans les stades

Pour une autre forme de spectacle. L'Avenir le souligne, en foot, le public pourra assister au match par bloc de 400 par tribune.

La dérogation a été acceptée par les ministres des sports. Pas encore par les autorités locales, ni d'ailleurs par les virologues, note l'Avenir.

La Libre prévient en édito, la culture et les artistes sont en danger. Ils meurent en silence écrit le quotidien.

A moins d'estimer inutile d'aider les gens à rêver et à acquérir les outils d'une pensée critique, il faut donc agir et vite.

Et c'est le rôle de chacun, estime la Libre et pas uniquement celui de tel ou tel ministre.

Il faut que l'Europe, le Fédéral, les Régions, et les villes partent au combat car cette crise du secteur culturel s'annonce longue et sanglante.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK