Revue de presse : la Vivaldi se débat avec les sous

La presse se penche aujourd'hui sur la Vivaldi et sur le projet qu’elle entend mener. A la Une aussi des quotidiens les chiffres qui s’envolent et les assouplissements qui semblent déjà s’éloigner à Bruxelles.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Bruxelles serre la vis

Les grandes villes du pays se préparent à renforcer les mesures contre le Corona. A Bruxelles, les décisions sont déjà tombées.

Puisque les chiffres s’envolent, Bruxelles serre la vis, constate le Soir.

Les Bourgmestres de Liège et d’Anvers feront le point aujourd’hui. En clair, les "assouplissements du dernier CNS" sont déjà menacés.

Port du masque, rassemblement, bar et café fermé à 23 heures, Bruxelles durcit les mesures. Et certains bourgmestres pourraient aller encore plus loin cette semaine, prévient la Capitale, exemple, à Saint Josse Te Nood, la piscine pourrait prochainement fermer.

 

Des mesures insuffisantes ?

La question, évidemment : est-ce que tout cela est utile ?

Est-ce que les mesures bruxelloises suffiront à elle seule ? C’est la Une du Laaste Nieuws et c’est non selon un virologue de Sciensano.

Une ville ne peut pas faire la différence toute seule. Il faut, et il l’explique au quotidien. Il faut expliquer aux habitants les raisons pour lesquelles ces mesures sont prises.

Un effet, justement, de toutes ces mesures sur la population. C’est un changement dans les habitudes de shopping, explique l’Avenir, en Une.

6 Belges sur 10 évitent les grandes villes.

Ils sont plus nombreux encore à préférer faire les courses dans leurs communes, 76%, d’après ces chiffres de l’UCM.

L’effet est logique : les commerces locaux s’en sortent bien, mais les grandes villes par contre, en souffrent.

La Vivaldi se débat avec les sous

A la Une, aussi, la presse se penche sur la Vivaldi et les projets qu’elle est en train de discuter.

La nuit qui s’achève devrait être riche de décision. On verra cela dans les heures qui viennent.

En attendant, la presse a sorti des titres prudents, du genre. Le dernier marathon dans négociations franchira-t-il à la ligne d’arrivée ?

Vivaldi négocie sur les problèmes les plus chauds, c’est la Une du Morgen, et c’est un moyen plutôt élégant de titrer sans avoir grand chose à raconter. Le Standaard préfère se focaliser sur ce qu’il sait.

Vivaldi se débat avec les sous : pensions, impôts, budgets. Voilà tout ce qui était au menu du dimanche soir pour la formation.

Mais vous l’aurez peut-être remarqué à la une du Standaard, il y a aussi ce rassemblement Vlaams Belang.

Drapeau jaune, lion noir. Surtout pas de rouge !

Voici, explique la Libre, en Une, comment le Belang va tenter d’accéder au pouvoir en 2024.

Avec des rassemblements comme celui qui s’est tenu à l’entrée de Bruxelles. C’est une démonstration de force aux portes de la Ville, avec aussi, cette tentative de rendre ce parti d’extrême droite plus acceptable.

Mais avec surtout, un ADN qui ne change pas.

Certes, le Vlaams Belang s’oppose à ce gouvernement auquel il n’appartient pas, mais le titre de l’analyse du Standaard rappel ce qui fait la colonne vertébrale de ce parti : "Nous sommes aussi contre les étrangers ! "

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK