Revue de presse : "la vaccination à une vitesse d’escargot en Belgique "

Ça pique, ce matin et ce n’est pas à cause de la température. Dans la presse, et dans la vraie vie, c’est l’ouverture officielle de la campagne de vaccination.

Foire aux questions sur le vaccin

Et du coup, on se retrousse les manches ! La Libre vous promet :

Tout ce qu’il faut savoir sur la campagne de vaccination qui démarre.

Tout ou la dizaine de questions qui se pose d’emblée.

Qui va être vacciné et quand ?

Pourquoi certains vaccinent plus vite que nous ?

Où se fera-t-on vacciner ?

Dans le bras, bien entendu. Mais à l’hôpital ou chez son médecin. Tiens, et est-ce qu’on peut refuser le vaccin. Et changer d’avis, on peut changer d’avis ?

Bref, les bases du vaccin, c’est en 3 pages dans la Libre.

Pas de débat possible sur l’organisation de la vaccination

Mais des questions restent ouvertes comme celle de l’ordre dans lequel les Belges doivent se ranger pour être vacciner.

Les soignants veulent être prioritaires, titre le Soir, en Une. Les professionnels de la santé exigent en effet de redéfinir l’ordre des priorités. Un collectif de médecin a écrit au ministre de la Santé pour lui rappeler qu’en première ligne, c’est le corps soignant qui fait barrage.

Il y a actuellement trop peu de vaccins pour traiter parallèlement le personnel soignant et les aînés.

En commençant par les résidents des maisons de repos, ceux-ci deviennent prioritaires parmi les prioritaires.

Oui, mais voilà, l’Avenir l’écrit en Une et en titre. Les priorités, ça ne se discute pas.

La task force a fixé l’ordre. Et c’est comme ça. La vraie priorité c’est l’action, et plus le débat, plus le débat, voire pas du tout de débat.

Cette décision qui relève pourtant de l’éthique, a été prise par 8 ministres sans consulter aucun parlement.

Le débat sociétal est resté coincé dans les tiroirs, constate l’Avenir.

Ce n’est pas la première fois dans cette crise. Et c’est une fois de plus un coup de canif dans notre système démocratique.

La Belgique vaccine lentement

Une question discutée aussi par plusieurs journaux, c’est la vitesse de vaccination qui varie beaucoup d’un pays et même d’une région à l’autre.

Oui, et ça, avec les cours qui ont repris, ça prend des allures de problèmes d’arithmétique.

Sachant que a) : la Flandre vaccine lentement mais sûrement, c’est la Une du Laatste Nieuws.

Sachant aussi b) : la Wallonie va deux fois plus vite. C’est la une du Nieuwsblad.

Et sachant que c) : qu’ensemble, les deux régions avancent et ça, c’est le Morgen qui l’écrit, avancent à une vitesse d’escargot.

Déterminez à quel vitesse moyenne le Royaume Uni vaccine, lui, dont le Standaard nous dit qu’il est le plus rapide d’Europe. Sa vitesse de vaccination en serait presque irritante pour le reste du continent.

La réponse, bien entendu, c’est que nos voisins britanniques vaccinent à tour de bras. Et qu’au championnat du monde de vaccination, nous ne serons même pas sélectionnés.

 

Le covid sous toutes ses formes

Surtout, et plus sérieusement, le Standaard, c’est vrai, constate que ce vaccin, mis au point en Europe est administré plus rapidement outre-manche que chez nous. Mais, il y a là-bas une situation sanitaire qui a justifié des permis d’urgence temporaires.

Et ça, c’est en somme l’inconnue dans l’équation, la pandémie semble entrer dans une nouvelle phase. Avec des variants, le Covid version britannique. Le Covid version sud-africaine et enfin, le variant repéré à Hong Kong. Le Morgen l’affirme en Une.

Là où l’Italie l’an dernier nous a fait voir une expansion ultrarapide du virus, le Royaume Uni semble aujourd’hui nous proposer un avertissement similaire.

Avec tout cela, le Nieuwsblad, comme les autres éditorialistes flamands, se montre assez sévère.

Vu le sujet, on pourrait parler d’édito piquant.

Avec les tâtonnements des 10 derniers mois, en Belgique, plus personne pour cette campagne de vaccination, n’ose espérer que l’on fasse au mieux. Chacun se contentera simplement qu’on le fasse. Ce serait déjà ça.

Mais le quotidien plutôt sombre estime que pour l’heure, on ne part dans le bon sens.

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK