Revue de presse : La quarantaine de 14 jours, une obligation trop lourde et pas respectée

Ce matin, à la Une des quotidiens, place aux chiffres !

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

14 jours c’est trop long

Le tierce de l’info, dans le désordre, ça commence par le 40. 40, pour quarantaine, quarantaine comme chacun sait qui ne dure en réalité que 2 semaines, 14 jours donc.

Il y a, explique le Soir, une pression maximale pour raccourcir la quarantaine.

Puisque, pour beaucoup, les voyageurs qui rentrent de zone rouge ne respectent pas l’obligation de s’isoler pendant 2 semaines.

Alors des experts proposent, plutôt qu’une obligation trop lourde et pas respectée, réduisons la quarantaine à 7,8 voire 10 jours.

Une quarantaine qui deviendra donc une dizaine, voire une huitaine d’isolement.

Un raisonnement pragmatique expliqué en Une du quotidien, on va peut-être perdre quelques cas, mais pas la majorité, verdict au prochain Conseil National de sécurité.

 

15 minutes pour un test Covid

On reste dans les mêmes chiffres, avec ce 15 affiché en grand en Une de la Dernière Heure : 15 minutes pour un test Covid.

Les tests rapides seront bientôt disponibles en Belgique.

Jusqu’ici, ce dispositif n’est pas autorisé à la vente, mais le blocage de l’agence fédérale du médicament pourrait bientôt être levé.

Le raisonnement, là est un peu le même que pour la quarantaine de 10 jours.

Ces tests rapides permettraient de très rapidement détecter les foyers d’infections, quitte dans un second test à confirmer les résultats par des tests plus poussés.

 

Déjà des fausses notes pour la Vivaldi

C’est la Libre qui l’écrit, même pas en place que déjà les oreilles grincent.

C’est qu’hier, le CD&V a sorti l’artillerie lourde sur l’IVG. Pas question d’oublier la sensibilité démocrate chrétienne a prévenu le président de parti Joachim Coens. Et la Libre qu’on sent déjà un brin fatigué écrit : "Oh non, ça recommence !"

Les 7 partis ne sont même pas encore rentrés dans le "dur" de la négociation et c’est déjà la "crisette", ça promet…

Le retour du Brexit et déjà la lassitude s’installe

Alors là, on l’avait presque oublié, c’est très 2019 sauf que le délai pour trouver un accord, il approche, c’est fin de cette année.

Et là, et bien ça n’avance plus. Alors Libération l’écrit ce matin, c’est le Brexit qui redéboule.

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, multiplie ces jours-ci les déclarations à l’emporte-pièce.

Stop ou accord ou accord, parce que oui, une fois de plus, Johnson menace de s’en aller sans accord.

Décidément, cet interminable feuilleton du divorce n’en finit pas de rebondir. Un mot pour le résumer ? Lassitude.

Même avis du Soir, qui en fait son édito. En notant, attention, amis britanniques, la crainte, la fébrilité a changé de camp. Ici, l’Europe regarde tout ça comme un dossier qu’il faut gérer. Alors que de votre côté de la Manche, le réveil risque d’être cruel.

Le Royaume Uni souffrira bien plus que nous d’un Brexit sans accord.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK