Revue de presse : "La météo qui ébranle l’Europe"

La presse observe l’étrange météo occupée à s’abattre sur l’Europe. L’été 2021 sur le continent est déjà placé sous le signe des records.

 

Des records de précipitations chez nous et pour le nord du continent, des chaleurs exceptionnelles pour le sud. Le climat interpelle le journal Le Soir qui en fait l’un de ces titres en Une :

 

Cette météo qui ébranle l’Europe

 

Il affiche aussi en page intérieur une carte plutôt interpellante.

Le nord de l’Europe et les inondations. Le sud, et ces violents incendies.

 

En Une, Het Laatste Nieuws rapporte d’impressionnantes images de Marmaris en Turquie où les habitants et les touristes ont dû fuir les lieux sous l’avancée des flammes. Peu de choses à faire face à un tel brasier, écrit le quotidien.

 

Habituellement, environ treize mille hectares sont détruits par des feux de forêt en Turquie pendant l’été.

Au milieu de cette saison, C’est une surface sept fois plus grande qui est actuellement touchée. Nonante-cinq mille hectares ont déjà été ravagés là-bas.

 

Cela fait naître d’assez forte rumeur en Turquie, où une partie de la presse locale accuse des terroristes kurdes d’être au départ des incendies. De Morgen pose la question en Une.

Les feux de forêt turque sont-ils l’œuvre des Kurdes ?

L’an dernier déjà, cette accusation avait été formulée à la suite d’un incendie.

Elle n’était pas fondée. Le brasier avait en réalité été allumé pour faciliter l’exploitation de minerais.

 

 

Trente millions d’euros ont déjà été collectés pour les sinistrés

 

C’est le chiffre en Une du Standaard. Trente millions d’euros versés sur le compte d’urgence de la Croix-Rouge.

 

La population et les entreprises affichent leur solidarité, estime De Standaard qui insiste : jamais l’organisation n’a assisté à autant de dons pour une catastrophe à l’étranger.

Mais la Croix-Rouge le reconnaît aussi, face à l’ampleur de la catastrophe, les structures et le mode de fonctionnement de l’organisation ne sont pas vraiment adaptés. L’organisation a essuyé ces derniers jours de fortes critiques à ce sujet.

 

Un autre gros (très gros) montant fait aussi la Une, ce matin. L’Europe octroie une première tranche du plan de relance à la Belgique.

" 770 millions ", titre Le Soir qui parle d’une bulle d’oxygène dans le contexte actuel.

Fameuse bulle ! Il s’agit d’une première tranche de financement sur les cinq milliards neuf promis par l’Europe à la Belgique.

La presse s’intéresse à la dépendance de la Belgique aux marchés chinois

 

C’est la Une du Tijd et de L’Echo.

La Belgique est à la merci de la Chine en ce qui concerne l’importation de produits stratégiques. Visé par ce titre, cent cinquante-neuf types de marchandises.

Cent cinquante-neuf sortes de produits pour lesquels notre pays n’a quasiment aucun autre fournisseur, aucune autre source, ce qui est potentiellement critique.

 

Sept marchandises sont particulièrement sensibles, explique L’Echo, soit parce qu’elles concernent la sécurité nationale du pays ou soit parce qu’elles sont cruciales pour de grandes lignes industrielles, et notamment pharmaceutiques.

 

Le risque ? On le devine, L’Echo l’explique :

 

Le pays exportateur, ici la Chine, peut facilement peser sur la disponibilité de ces produits notamment en cas de conflit ou de tension politique. Une distorsion de la demande ou une grande crise peuvent aussi perturber les chaînes d’approvisionnement.

 

Rappelons-nous ici de l’effet de la crise covid sur la disponibilité de simple masque en papier.

 

L’Union Européenne encourage les Etats membres à développer une vision stratégique de leur approvisionnement. La Belgique, contrairement à dix-huit autres Etats, ne s’y est pas encore attelée, rapporte L’Echo.

 

Et puisque l’on parlait COVID à l’instant, L’Avenir s’interroge sur la possible administration d’une troisième dose de vaccin à la population belge. " Elle pend déjà au nez de nos aînés ", titre L’Avenir, qui précise donc : priorité aux immunodéprimés, aux patients à risques. Pour les autres, cela devra être évalué dans un second temps.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK