Revue de presse : La Belgique prête à accueillir 12 enfants du camp de Moria : "c’est bien trop peu"

L’accueil de migrants à la Une de la presse ce matin.

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La Belgique pourrait accueillir 12 enfants du camp de réfugiés de Moria

12 enfants, ce chiffre est repris ce matin par le Nieuwsblad, 12.500 réfugiés sans abris sur l’île grecque de Lesbos, 12 enfants accueillis en Belgique.

12 mineurs non accompagnés, c’est "un premier pas" selon le gouvernement, titre le Morgen.

Un premier tout petit pas qui n’a pas manqué de provoquer des réactions politiques.

Je suis choqué, au début je pensais qu’il avait oublié un 0 après le 12.

a déclaré Wouter De Vriendt, Groen.

 

En tant que Belge, cette nouvelle est embarrassante à lire, estime Sammy Mahdi, au CD&V.

En tous les cas, c’est bien trop peu, a encore réagi Ben Segers pour les Socialistes flamands.

Pour l’Avenir, qui en fait son édito, l’effort belge, mérite de gros guillemets. C’est à peine une goutte, écrit le quotidien et elle est bien acide !

Le geste belge est peut-être proportionnel à la taille de notre population, mais sûrement pas proportionnel à la détresse immense de ces gens, ni à l’humanité qu’ils espèrent.

Et si les virologues et les politiques se mettaient d’accord ?

A la Une aussi, Bill Gates, le milliardaire américain investit en Wallonie.

15 millions d’euros injectés dans Univer Cells, dit le Tijd, une société de Charleroi spécialisée dans le développement de vaccins à bas prix.

En tout, la levée de fonds a récolté 50 millions d’euros, somme qui devrait être investie dans les lignes de production de vaccins, y compris l’éventuel vaccin contre le coronavirus, ajoute l’Echo.

Au sujet de la propagation du virus, le Laatste Nieuws constate que le chiffre des 1000 infections par jour a été enregistré vendredi dernier.

"Et pourtant, ils ne sont toujours pas d’accord" titre le quotidien.

Le Laatste Nieuws qui publie le coup de colère de son rédacteur en chef : 

Virologue, politique, arrêtez de vous disputer. Rassemblez-vous dans une salle. Enfermez-vous et restez-y jusqu’à ce que vous ayez compris ce que nous pouvons et ce que nous ne pouvons pas faire. Après venez nous l’expliquer clairement !

Le Soir, lui constate que Sophie Wilmès, hier, a un peu recadré le message dans la Lutte contre le Covid.

Ce sont des mots contre l’angoisse, ça ne résout pas tout, mais au moins, c’est déjà ça.

A ces mots, entendu hier, il va maintenant falloir ajouter des mesures, dit le Soir. A commencer par soutenir les médecins généralistes, la première ligne contre l’épidémie, aujourd’hui débordée.

Où en est l’Union Européenne ?

En Une aussi, le premier discours sur l’état de l’Union pour la Présidente de la Commission européenne.

Ursula Von Der Leyen qui devrait ce matin dire aux Européens :

Voici où nous en sommes, voilà où nous voulons aller.

La Libre résume déjà assez bien où en est, ce matin l’Union Européen. Attendons le discours de l’allemande pour savoir où elle veut emmener cette Union. Une chose, tout de même que le quotidien souligne ce matin, à la Commission, il n’y a qu’un patron et c’est elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK