Revue de presse : "La Belgique et sa démocratie représentative frôlent l’évaporation"

Ce matin à la Une en Belgique : le casse-tête politique repasse chez le Roi Philippe

5 images
Une de Libération © Tous droits réservés
Article de De Standaard © Tous droits réservés
Article du quotidien Het Laatste Nieuws © Tous droits réservés
Article du journal Le Soir © Tous droits réservés

La presse belge met le cap sur la politique et constate le sinistre : impasse, négociations interminables, et partis politiques en errance.

Pourtant les urgences sont bien là, rappelle le journal Le Soir : économie en berne, crise sanitaire, climat en surchauffe… Mais toujours pas de gouvernement fédéral majoritaire.

Et retour à la case royale, pour un duo de préformateurs Magnette-De Wever qui sera masqué au Palais ce matin pour y jeter un bulletin chargé d’échecs.

"C’est la dernière chance avant un retour aux urnes, et cette fois, c’est grave !" titre De Morgen.

Pendant que De Standaard se demande quel miracle on peut encore espérer.

 

L’occasion pour Le Soir, La Libre, L’Avenir, Het Laatste Nieuws, De Morgen, et De Standaard de refaire un état des lieux et de s’interroger sur notre système politique. Les quotidiens rappellent toutes les pistes avancées depuis les élections, c’était il y a 449 jours.

Et des idées il y en a eu : l’arc-en-ciel, la vivaldi, la tripartite, les "Je t’aime, moi non plus" en chaîne entre PS et Ecolo, les bâtons dans les roues lancés par le MR… Rien ne va plus ! La Belgique et sa démocratie représentative frôlent l’évaporation, c’est ce qu’écrit le journal Le Soir ce matin. Un journal qui cherche encore où se trouve la cohérence politico-idéologique actuelle.

Pendant que d’autres quotidiens soulignent l’épineuse question institutionnelle, la réforme de l’Etat, qui n’est ni un tabou ni une urgence, selon l’Echo, mais bien le coup de grâce des dernières négociations, rappellent La Libre et la DH.

Bonne nouvelle en sport : Remco Evenepoel s’en sortira

Heureusement, Remco est là pour nous rappeler que des miracles sont possibles.

Celui qui promettait de dévorer toutes les montagnes du cyclisme nous a fait peur en chutant méchamment sur le tour de Lombardie. Mais c'est juste une saison terminée, un bassin fracturé et une contusion du poumon.

Le Soir, l'Avenir, la Libre, la DH, et tous les quotidiens flamands surtout sont unanimes : on a eu chaud. Mais qui est responsable ? Het Laatste Nieuws reprend, minute par minute, la chute qui a coupé le souffle à toute une nation. Et pour beaucoup, l'organisation du tour serait responsable.

De Standaard évoque même un cyclisme en passe de devenir le sport le plus dangereux du monde.

Alors on serre les dents dans cette année sportive déjà en berne, sans Jeux Olympiques, avec des stades presque vides et des sportifs affaiblis, Covid-19 oblige. Ça ira mieux en 2021.

Une nouvelle année qui commencera dans quelques semaines en classe et en jaune

On nous promet une rentrée en vrai, à l'école, 5 jours par semaine, presque comme avant, chouette ! Oui, mais ça coûte bonbon.

La Libre et la DH donnent la parole à la Ligue des familles qui dénonce carrément des listes de matériel illégales, entendez "qui ne respectent pas la gratuité". Au point de demander parfois aux parents de fournir du papier toilettes. Gênant.

Alors l'Avenir, De Morgen, eux, restent plus pratiques et reviennent sur les mesures concrètes qui accompagnent le fameux code jaune. À deux semaines de la rentrée, un peu de clarté s'impose.

Et dans le reste du monde, la presse scrute la Biélorussie

C'est en Une notamment du Morgen, du Standaard, de Libération, du Figaro ce matin, avec des images fortes de manifestations.

Alexandre Loukachenko s'accroche fermement à son siège présidentiel. Avec 26 ans de pouvoir dans les pattes et un sixième mandat en marche, l'autoritaire président revendique encore 80% des voix !

Il dénonce au passage des manœuvres de l'Otan, des manipulations européennes et décroche le soutien de Vladimir Poutine pour assurer la sécurité du pays.

Un pays marqué par de nombreuses contestations que le pouvoir tente d'étouffer, en vain.

Libération, De Standaard et De Morgen consacrent d'ailleurs un papier complet aux violences et aux humiliations que subissent ceux qui manifestent contre le président biélorusse et qui restent debout, toujours le poing levé.

Hier encore, des dizaines de milliers de personnes inondaient les rues de Minsk pour réclamer un nouveau scrutin.

Une sorte de "valise sans poignée" annonce Moscou : la crise biélorusse serait "impossible à transporter et difficile à mettre au placard"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK