Revue de presse : "La Belgique est désormais l’un des pays les plus stricts face au covid"

Ce matin la presse pose un nouveau regard sur les mesures anti-corona adoptée par les autorités. Et plusieurs journaux le constatent.

La Belgique est désormais l'un des pays les plus strictes en la matière!

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

La Belgique plus stricte que ses voisins

C’est ce que le Soir annonce en Une.

En constatant que les autres pays de l’Union qui font face à un rebond de l’épidémie choisissent eux une approche plus ciblée des mesures.

C’est que chez nous, les solutions actionnées lundi sont d’abord pour le Soir, un aveu d’échec.

 

Echec quant à la collecte imparfaite des statistiques.

Echec quant aux testing massifs de la population.

Echec, encore, des procédures de suivi de contact.

 

 

A Bruxelles, ce matin, on peut lire dans l’Echo que les centres de test sont saturés.

Il y a eu dans la capitale, 3 fois moins de tests qu’Anvers.

 

Bruxelles va-t-elle connaître le même sort qu’Anvers ?

La Libre s’interroge.

Bart De Wever, le bourgmestre d’Anvers a fait part de son inquiétude pour les grandes villes où l’on ne testerait pas suffisamment les citoyens.

En somme, les Bruxellois vivraient la même situation que les Anversois mais sans le savoir.

Une fois encore, la presse et la Libre répondent d’une même voix. Seule une augmentation du testing permettrait d’éviter pareille interrogation.

Et le Morgen va un petit peu plus loin, dans le détail des chiffres et des statistiques pour expliquer que non, ce n’est pas parce que qu’Anvers teste plus et plus rapidement que le rebond y a été ressenti plus fort qu’ailleurs.

Les tests rapides ne peuvent expliquer à eux seuls le pic Anversois, sous-entendu de ce titre du Morgen, l’origine de la contamination est à trouver ailleurs que dans un testing plus performant…).

 

Une lettre de la Gouverneure de la province d’Anvers à la Une

Beste Antwerpenaar,

Permettez-moi de m’adresser directement à vous par cette lettre.

La ville et la province affrontent un défi sans précédent.

Je demande à chacun d’être créatif.

Créatif pour lutter contre le virus.

Pas pour contourner les règles.

Et cette lettre ouverte se poursuit sur 4 paragraphe de une.

Avec cette conclusion, il nous faut gagner du temps jusqu’à ce qu’un vaccin soit découvert. Mais entre-temps, nous devons éviter que notre vie en société se fige totalement.

Ne perdons ni la chaleur de notre communauté. Ni l’attention que nous portons aux autres.

Et c’est signé Cathy Berx, gouverneur de la Province d’Anvers.

C’est réellement rarissime d’avoir une autorité qui s’adresse ainsi dans une lettre ouverte à la population. La gouverneure s’en explique dans le quotidien, la situation le mérite, il faut agir.

Et puis surtout la Gazet Van Antwerpen le précise en édito.

A côté de toutes les dissensions politiques qui peuvent exister, une chose ne doit pas être perdue de vue, c’est le Covid 19.

Tout le reste est pertinent. Mais relève du second plan.

 

Mais qui est Cathy Berx ?

Jetons alors à présent un coup d’œil à ce second plan. C’est un personnage pas très connu des francophones cette gouverneur de province.

Le Morgen dresse son portrait ce matin. Cathy Berx, gouverneure de cette province depuis mai 2008

Avant cela, c’était l’une des étoiles montantes du CD&V. La conseillère principale d’un certain Yves Leterme, qui dit d’elle :

Les mesures prises en ce moment, c’est tout à fait elle. Prendre des dispositions d’urgence. Mais de manière amicale. Mais de manière ferme…

Depuis son poste de conseillère principale de Leterme, elle s’est rangée des voitures. Des voitures politiques et des voitures réelles.

A 51 ans, la gouverneure fait la plupart de ces déplacements à pied ou à vélo.

Travailleuse acharnée, docteur en droit, prof de droit, aussi et tiens tiens maniaque de la santé.

Elle a dit-elle, arrêté de manger de la viande à 18 ans. Elle ne boit pas d’alcool et surveille de près ses analyses sanguines.

Sa vision de cette crise est assez directe : face au corona virus, nous serons confrontés à des pics. A des vagues. A des accalmies, aussi.

Mais même lorsque nous aurons trouvé un vaccin, le virus restera parmi nous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK