Revue de presse : J-1 avant "une bouffée d’oxygène" pour l’Horeca

J – 1 : l’ouverture des terrasses, c’est demain et pour une bonne part de la presse, c’est le rendez-vous du jour !

Terrasse, terrasse, et encore des terrasses

La Une du Laatste Nieuws signale qu’il n’y aura pas de police des terrasses. "Nous comptons sur le sens des responsabilités de chacun" a dit le président de la Commission permanente de la Police locale.

"Autant donc, sur la responsabilité des clients que celles des restaurateurs."

Le Laatste Nieuws qui pour en savoir un peu plus sur ce qui nous attend demain s’est rendu dans un café de Vorselaar, en Campine, café, baptisé de Toekomst.

Le toekomst, le futur, c’est demain, bien entendu "et demain ?" dit la patronne. "Tant qu’il y aura de la bière et des snacks, tout ira bien. J’ai prévu 40% de stocks en plus". Mais attention lance-t-elle à ses clients du samedi : "pas question d’enfreindre les règles. Ceux qui se mettent à danser ou qui tenteront de rester pus longtemps," Peggie compte bien les rappeler à l’ordre. "Moi aussi je peux jouer au gendarme", prévient la patronne du Toekomst.

Tour des terrasses

L’Avenir aussi s’est lancé dans un tour des cafés. A Cul-des Sarts, le Memphis dresse ses tables. Mais le Carrefour rechigne. ll n’ouvrira pas demain.

A PhilippeVille, le Mistral s’est construit une terrasse. Le chapiteau est prêt.

En somme, ce que raconte l’Avenir ce matin, c’est qu’un café sera ouvert, demain, et l’autre pas.

Car face à l’asphyxie du secteur, l’ouverture à l’extérieur n’est qu’un petit bol d’air.

Une seule bouffée d’oxygène en attendant mieux.

 

Carlos Brito, futur ex-patron d’AB Inbev

Il y aura donc de la bière en terrasse. Il y en a aussi en Une et cette mousse-là, c’est Carlos Brito, l’encore patron d’AB Inbev qui se la serre. Le 1er juillet, c’est un autre brésilien, Michel Doukeris qui prendra les commandes.

Pour le Tijd, l’héritage de Brito, c’est une bière corsée, avec un peu trop de mousse. Manière pour le quotidien économique de dire que l’entreprise est, oui, devenue un géant, mais que parfois trop grand, ça n’est pas bon pour le business.

Et c’est analyse la presse l’une des erreurs tactiques de Brito : voir vu trop grand dans des périodes économiques difficiles. Portrait du futur CEO et analyse dans 15 ans de carrière de Brito à lire dans le Tijd.

Pandémie et alcool : une bombe à retardement

En Une, la presse fait aussi le point sur les effets du confinement sur la population.

Alcool et confinement ont provoqué un cocktail ravageur, prévient le Soir. Les experts de l’addiction à la boisson tirent la sonnette d’alarme.

Il n’y a pas d’étude chiffrée pour le démontrer mais des indices. D’abord la vente de produits alcoolisés a explosé en magasin. Plus de 20%, cela semble surtout refléter ce qui n’est plus vendu dans l’Horeca.

Ensuite, autre élément, les agendas de consultations des psychiatres, spécialiste des addictions. Pas de place avant un mois et demi. Avec 30 à 40 patients par semaine, faites le calcul, ça fait du monde.

 

Quiproquo autour du couvre-feu à Bruxelles

Une incohérence soulignée par la presse, c’est au sujet du couvre-feu.

Il va durer deux heures à Bruxelles ?

Histoire d’une législation qui trébuche sur une autre, histoire évoquée en Une de la Capitale. Dès ce soir, le couvre-feu national prendra fin. Sauf à Bruxelles où il commence à 22 heures mais s’arrêtera à minuit.

Petit rappel de SudPresse entre minuit et 5 heures du matin, les rassemblements de plus de trois personnes sont interdits.

 

Réécouter la revue de presse

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK