Revue de presse : "Georges-Louis Bouchez, le roi soleil"

Un homme fait la Une aujourd’hui, c’est Georges-Louis Bouchez.

3 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Georges-Louis Bouchez et sa fougue inépuisable

Georges-Louis Bouchez qui aime tant être dans les médias, on imagine que cette fois, il s’en serait bien passé. Parce que si l’on parle de lui, c’est à cause du chaos qu’il a provoqué au sein même de son parti, qui va se pencher tout à l’heure sur le sort de son président.

Les qualificatifs dont l’affublent les journaux ne sont pas toujours tendres.

Hyper président, roi soleil, leader brutal

Voilà quelques surnoms relevés par La Libre pour qualifier le (toujours) président du MR. La Libre qui lui reconnaît toutefois un réel talent et une fougue inépuisable.

Va-t-il rester président du MR, après les bourdes des derniers jours ?

On rappelle, les dernières en date, ce sont la nomination de Mathieu Michel comme secrétaire d’Etat à la digitalisation, et la tentative d’éviction de Valérie De Bue pour recaser Denis Ducarme.

Illégale, machiste, injuste et irrespectueuse, dit la Libre, cette dernière heurte profondément.

Parce que Valérie De Bue est appréciée, pour sa personne et son travail, la ministre wallonne ne méritait pas pareille humiliation.

Maintenir Georges-Louis Bouchez à la tête du MR ressemble à une mission délicate, voire impossible

dit la Libre.

Une chose est sûre, les téléphones des mandataires MR chauffent depuis jeudi. Officiellement pour sortir du chaos et apaiser la situation.

Et ce chaos au MR, c’est mauvais, non seulement pour le parti lui-même, mais pour tout le gouvernement. Un gouvernement "miraculeux" écrit Le Soir, qui réussit pour ses débuts à susciter de l’espoir. Autre prouesse il faut remettre de l’ordre au MR parce que ces explosions à répétition chez les libéraux francophones mettraient à mal tout l’attelage gouvernemental.

Et ça, tous ceux qui craignent pour l’avenir de notre démocratie ne lui pardonneraient pas.

 

 

Au milieu de tout ça, le roi Philippe tente de faire bonne figure

En effet, au milieu de ce chaos, il y en a un qui essaye de faire tenir la boutique.

De qui s’agit-il ? Du demi-frère de Delphine, mais si vous, voyez, le roi Philippe ? ! Commente De Standaard.

Si l’affaire Delphine Boël, pardon, Delphine de Saxe Cobourg Gotha, a ruiné la réputation d’Albert 2, le roi Philippe lui, a plutôt redoré son blason ces derniers mois autour de la formation d’un gouvernement, ne ménageant pas ses efforts, faisant preuve de créativité, pour nommer l’un ou l’autre, les obliger à explorer telle ou telle piste.

Pendant 15 mois, il a été le facteur le plus important de stabilité institutionnelle. Son autorité est restée intacte, il est resté au-dessus de la mêlée.

Le "demi-frère de Delphine", parce que c’est Delphine bien sûr fait la une de l’actualité aujourd’hui.

La toute récente princesse a décidé de parler à la presse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK