Revue de presse: " Des deux, qui sera Premier ? "

La nomination des deux formateurs est à la une de la presse ce matin.

5 images
Une de la DH. © Gopress
Une du quotidien flamand Het Laatste Nieuws. © Gopress
Une du Morgen. © Gopress
Une du Soir. © Gopress

 

La Vivaldi est à présent entre les mains d’Alexander De Croo et de Paul Magnette. C’est le titre du Soir qui le note, il reste du chemin à parcourir avant d’avoir un gouvernement. Du chemin oui, mais pas du temps.

 

" Alexander De Croo et Paul Magnette ont cinq jours pour parachever le travail ", titre la Libre.

" Les co-formateurs ne sont pas encore arrivés à la maison ", juge De Standaard, alors qu’en une du quotidien flamand De Tijd, il est d’ailleurs encore plus question de méfiance que de réanimation de la Vivaldi.

 

La question, aussitôt, pour la presse : " Des deux, qui sera le Premier ? ", se demande l’Avenir.

" Wie van de twee ? ", demande Het Nieuwsblad.

Réponse du Laatste Nieuws : Très probablement, un des deux… Avec ça, nous voilà bien avancés. Un indice, peut-être soufflé par le titre du Belang Van Limburg : Bouchez n’est pas satisfait de voir Magnette en co-formateur.

 

Le mot des éditos : « Enfin ! »

 

" Enfin ! ". Le mot à lui tout seul suffit à résumer l’édito du Soir. Enfin, ce mercredi, nous avons entendu parler de pension, de budget, de fiscalité, d’environnement et d’éthique… EN- FIN…

 

Pour La Libre, il faut voir trois choses dans les événements d’hier.

 

Il y a un progrès : les présidents de sept partis ont franchi hier un point de non-retour pour former un gouvernement.

 

Il y a un progrès mais il y a aussi une crainte : l’affrontement des dernières heures a été à ce point dur qu’il risque de laisser des traces. Il faudra de l’exceptionnel pour ne pas faire chavirer tout cela. Ce n’est d’ailleurs pas l’unique danger qui menace : deux des partis néerlandophones sont alliés à la N’VA à l’échelon régional. Il y a là un faux risque de faiblesse, constate l’Avenir.

 

Mais pour La libre, après le progrès, et la crainte vient l’espoir : espoir que ce gouvernement ne soit pas uniquement motivé par la crainte de l’électeur mais plutôt qu’il donne aux Belges une vision, une fierté, et un avenir.

 

Il n’empêche, Le Soir, qui n’a pas qu’écrit " enfin " dans son édito, juge qu’en l’état actuel, le seul trophée que demande le citoyen c’est la stabilité.

 

Les annonces du Conseil national de sécurité qui assouplissent un peu les règles

 

Au moins, constate La Libre, le CNS a entendu les critiques. "L'étau se desserre un peu plus", dit la DH.

Le Conseil national allège une série de mesure mais en vrai, personne n'est content, juge Het Laatste Nieuws.

 

Ni Marc Van Ranst, pour qui tout cela ne ralentira pas le virus, ni les médecins en soins intensifs, pour qui cela ne changera rien, ils craignent toujours de voir les chiffres continuer à progresser, ni les recteurs, celui de l'Université de Gand se dit déconcerté.

 

Pour De Morgen, le Conseil joue l'assouplissement mais les experts grognent : on fait comme si l'épidémie était en train de s'éteindre... Rien n'est plus éloigné de la vérité.

Et voilà donc pourquoi, à côté de l'assouplissement, Le Soir écrit " confusion. "

Le citoyen est appelé à prendre ses responsabilités, mais en vrai, juge Le Soir, il est bien difficile d'y voir clair sur les mesures à long terme.

 

Pour De Morgen, c'est presqu'un CNS d'abandon : "Bonne nuit et bonne chance Belgique." Comme s'il n'y avait désormais plus que la chance pour nous sauver.

" Ces gouvernements sont incapables de servir l'intérêt public ", juge le quotidien.

C'est plus alarmant encore que les chiffres de contamination. Choisissez le chiffre que vous voulez, le nombre d'hospitalisation, le nombre d'infection, le nombre d'admission en réanimation, tous sont en augmentation. Sans réagir, cela risque de continuer à progresser. Pourtant, notre pays doit bien être l'unique exception au monde. Le seul qui décide de relâcher la pression au moment où le virus reprend vigueur. Les dirigeants ont trop peur d'imposer.

 

Bonne nuit et bonne chance Belgique !

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK