Revue de presse : "Contourner les règles de voyage belges est trop facile"

Et puisqu’on est le 14 juillet, et bien, très logiquement, la presse ouvre son guide touristique français !

Galère en vue pour les non-vaccinés

Guide des mesures anti-corona ou si vous préférez le bison futé des itinéraires sanitaires.

Le Soir annonce en titre ce guide de l’été pour voyager en France. Puisque le casse-tête a commencé pour celles et ceux qui ont réservé un séjour dans l’hexagone.

Pour faire simple, le quotidien brosse trois profils de touristes.

Adulte, vacciné, ado, ni vacciné ni malade et enfant, ni vacciné, ni malade.

Et pour chacun des trois, il envisage les obligations à remplir, avant, pendant et après le séjour en France.

La Libre aussi se penche sur ce que les nouvelles mesures sanitaires françaises changent pour les touristes belges. Un mode d’emploi en somme. Pour tenter d’y voir clair.

Mode d’emploi que vous retrouverez aussi dans la Dernière Heure.

La DH qui, en édito, l’écrit très simplement : ce que le Président Macron a prononcé comme mesure, l’extension très large du pass sanitaire, c’est bel et bien en réalité une obligation vaccinale déguisée.

D’où la galère évoquée par l’Avenir en Une. La galère pour les non vaccinés belges plutôt qu’un guide, l’Avenir adresse à ses lecteurs un seul et unique conseil en Une.

"Si vous avez prévu des vacances familiales en août et que vous n’êtes pas ou pas complètement vacciné, la France est à éviter."

On n’en a pas encore fini avec les comités de concertation

Bon, ça, c’est du côté des départs en vacances… Sur la route des retours aussi, il y a des soucis et ceux-là, c’est le Nieuwsblad qui les évoque. Ou plutôt c’est le commissaire corona Pedro Facone qui en parle au Nieuwsblad.

 

Seul 1 voyageur belge sur 3 demande un test obligatoire à son retour.

 

Ce n’est pas normal, dit le commissaire. Contourner les règles de voyage belge est trop facile et il n’y a pratiquement pas de contrôle.

Du coup, Facon envisage de soulever cette question au prochain comité de concertation. Au passage, c’est la piqûre de rappel, il y aura bien encore un comité de concertation. Ce sera ce vendredi.

Les esprits sont également progressivement en train de mûrir chez nous, estime le Standaard.

Mûrir pour la vaccination obligatoire dans les soins de santé. Les décideurs politiquement vont également dans cette direction, dit le quotidien, ce matin. On devrait dès aujourd’hui en savoir plus à ce sujet. Aujourd’hui puisqu’il y a une réunion des ministres de la Santé, une conférence interministérielle.

 

Dans les entités fédérées, la situation budgétaire ne s'améliore pas

Si on laisse l’actu covid, sur le côté, il y a d’autres infos en Une, quelques données économiques.

C’est une nouvelle année record pour l’immobilier, dit le Soir.

La dernière étude d’ING prévoit une hausse cette année de 7% des prix pour le résidentiel. Info qui ravira les vendeurs et fera mal aux portefeuilles des acheteurs.

En analyse et c’est aussi en Une, la Libre, elle constate que les start-up belges ont déjà levé cette année presque autant de fonds que l’an dernier. Or, 2020 était déjà une année record. En chiffre, on frôle le milliard, calcule le quotidien.

Pour autant, et ça, c’est la Une de l’Echo, le retour de la croissance ne permet pas d’enrayer le déficit. On parle là des finances publiques.

La situation budgétaire ne s’améliore pas. La dette qui avait été ramenée à 100% du produit intérieur brut il y a 2 ans, la dette rebondit.

En allant dans le détail, l’Echo explique que le fédéral a amélioré sa situation. Mais que ce sont dans les entités fédérées (les régions, les communautés) que la situation budgétaire se dégrade le plus.

Les mesures de soutiens prises dans le cadre de la lutte contre le covid pèsent lourdement sur ce déficit. Estimation ? Plus de 9 milliards pour cette année.

 

Réécouter la revue de presse de Matin Première !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK