Revue de presse : comment la vaccination est-elle devenue si chaotique ?

La presse annonce du changement dans la stratégie de vaccination.

Revoir la stratégie de vaccination

On prend les mêmes, les mêmes seringues, les mêmes vaccins, et on recommence sans les couacs.

Il faut revoir la stratégie de vaccination, titre l’Avenir, en Une parce que les problèmes sont trop nombreux.

Soucis techniques, centres de vaccination déserts, il est temps de revoir la stratégie, dit le quotidien qui l’annonce. Les ministres de la Santé vont se réunir mercredi pour établir un nouveau plan.

Un changement de cap s’impose et s’imposera alors dit le Soir, en Une.

Le Soir qui pose tout simplement la question : comment vacciner plus de personnes, plus vite ? Administrer l’Astrazeneca aux plus de 55 ans, est une piste. Espacer un peu plus les doses pour vacciner plus largement en est une autre. Il y a sur la table déjà quelques idées.

Comment peut-on être aussi inefficace ?

Mais surtout, le Soir, dans son édito se fâche.

Quoi les ministres ont le sentiment que tout va bien ?

Allons, dit la Libre, même si cette crise est complexe, trop complexe peut-être pour notre État fédéral, il n’est plus permis de se contenter d’un fatalisme généralisé. La gestion en amateur, les négligences, le manque d’anticipation et l’incompétence doivent cesser. Le nier est incompréhensible et coupable.

Ce n’est pas le seul édito là-dessus. Le Soir aussi se met en colère.

Comment a-t-on réussi en Belgique à transformer en chaos quotidien, le processus de vaccination considéré par les autorités politiques et sanitaires comme la clé pour reprendre une vie normale ?

Cela fait 9 mois qu’on sait que le vaccin arrive, 9 mois qu’on sait qu’on devra l’administrer au plus vite et au mieux.

Comment expliquer une telle incapacité au minimum donner l’image convaincante de l’efficacité ?

Trouver de nouvelles solutions pour d’autres horizons

Double catastrophe, juge le Soir. D’abord, parce que les vaccinations n’ont pas lieu ou si peu. Et ensuite, parce que cela dope le scepticisme, voire le refus de la vaccination.

Il y a de quoi devenir fou. D’un côté les experts lancent au citoyen qu’il est temps d’arrêter de pleurnicher et de râler. De l’autre, les politiques, les partis aux pouvoirs martèlent que cela irait mieux si ça ne tenait qu’à eux.

"Stop, stop, stop, stop, réglez les problèmes de bulles. Trouvez des parades aux couacs de vaccins. Prenons en charge la santé mentale de ceux qui en ont besoin et si ça ne marche pas, actez vos différends. Mais de grâce, de grâce, ne nous dites plus, à nous citoyen que la sortie du tunnel ne dépend que d’eux, ce n’est pas vrai "conclut le Soir.

La santé mentale toujours plus en danger

Une inquiétude qui gagne aussi, c’est l’augmentation des consultations chez le psychologue.

Du simple au double ", dit le Nieuwsblad en titre.

Ce qui est un signal préoccupant un de plus, et qui est aussi la preuve que la période a un impact psychosocial réel. Le Morgen tente lui aussi de comprendre pourquoi l’augmentation est si forte. Sans doute, courant 2020, beaucoup de consultations ont été reportées et il y a aujourd’hui, un effet boomerang, une sorte de rattrapage qui fait gonfler les chiffres. Une nouvelle convention devrait permettre d’augmenter le nombre de séance remboursée.

Réécouter la revue de presse de Nicolas Vandenschrick

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK