Revue de presse : clash entre libéraux et socialistes sur la norme salariale

Déjà des tensions au sein du gouvernement, la presse parle de clash.

Pas d’augmentation ? Pas de dividende ?

Clash dit le Morgen à propos de la norme salariale. C’est la première véritable opposition de fond au sein de ce Gouvernement De Croo.

Une opposition entre parti qui fait revenir à la surface des positions idéologiquement très marqués.

D’un côté, les libéraux et cette sortie du président de l’Open VLD.

Pas d’accord social, dit-il ? Alors on confirme l’augmentation maximale des salaires à 0,4%. C’est ce qu’on avait fixé dans l’accord de Gouvernement, affirme Egbert Lachaert.

De l’autre côté, les socialistes et la réaction du PS et de Vooruit.

Faux, il n’y a pas d’accord de gouvernement là-dessus.

Et s’il n’y a pas d’augmentation salariale digne de ce nom. Alors, il n’y aura pas non plus de dividendes pour les actionnaires.

Le Standaard, qui en fait aussi sa Une, le constate il y a peu de chance, vraiment très peu, que ce dossier ne progresse vraiment avant 1er mai. Et avant toutes les sorties syndicales qui entourent la fête du travail, ce n’est très certainement qu’après, que les partis oseront commencer à discuter.

François Fornieri, Samuel Di Giovanni, inculpés pour délits d’initiés

En Une aussi, la mise en vente de VOO. La procédure va recommencer mi-mai.

Le Soir le rappelle, une première tentative de vente a eu lieu l’an dernier.

Mais elle a tourné au vinaigre à cause des conditions dans lesquelles cette vente a eu lieu. Et à cause aussi des avantages que se sont réservés certains managers.

Tout cela, puisque Voo appartient à Nethys, tout cela amène aussi la presse a abordé les derniers soubresauts des affaires liégeoises.

En Une, Sudpresse revient sur le dossier Mithra. Deux inculpés, François Fornieri, l’ex patron de Mithra, Samuel Di Giovanni, patron lui d’une société de gardiennage et un relaxé, Lucien D’Onofrio (directeur sportif). Tous les trois ont été entendus.

La Libre explique pourquoi ces trois hommes intéressent la justice.

Ils sont visés dans une enquête pour soupçon de délit d’initié.

Le cofondateur de Mithra est suspect d’avoir acheté via un tiers des actions Mithra, juste avant que son entreprise ne signe un gros contrat aux Etats Unis. Juste avant donc que la valorisation de son entreprise n’augmente en bourse. Ce délit d’initié, si la Justice le prouve, s’élèverait à 800.000€.

 

Le cap des 100 jours réussi pour Joe Biden

En Une aussi de la presse, Joe Biden, ça fait 100 jours qu’il est au pouvoir.

C’est l’occasion pour vos journaux de faire le point sur l’action du président américain.

C’est l’occasion pour lui d’essayer surtout de faire oublier Trump, titre la Libre.

Avec une campagne de vaccination en interne, qui se mène tambour battant. Avec un retour de l’Amérique sur la scène internationale.

Avec, dit le Soir, finalement une présidence efficace qui a commencé.

Et cette observation aussi dans l’édito du Soir. Ces 100 jours ont fait du bien. Par le simple fait déjà de ne plus faire tant de mal.

A noter que la presse évoque aussi les annonces du président américain. La hausse de l’impôt des sociétés, de 21 à 28 points. Et surtout une augmentation des taux d’imposition sur les plus fortunés. 43% pour les revenus annuels qui dépassent le million de dollars.

Deux annonces qui doivent encore être votées par le Congrès. Et cette étape-là n’est pas encore franchie. Mais en éditorialisant sur ce thème, l’Echo constate tout de même que c’est un premier coup de semonce mondial fiscal. Ou qu’autrement dit, Joe Biden face à la crise a choisi une tactique, ponctionner pour investir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK